Les 9 et 12 juin prochains, les Lozériens éliront leur député. Dans ce département qui ne compte qu'une seule circonscription, 11 candidats se disputeront la députation. Qui sont les principaux candidats et quels sont les enjeux en Lozère pour ces élections législatives ?

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Dans la circonscription unique de la Lozère, les électeurs devront faire leur choix entre 11 candidats. Sur une terre électorale rurale traditionnellement ancrée à droite mais qui bascule peu à peu. La préfecture de Mende  est gérée par des maires socialistes depuis 2008 (Alain Bertrand puis Laurent Suau). En 2015, le Conseil départemental a été remporté par la socialiste Sophie Pantel, qui a confirmé en 2021.

Un député sortant en difficulté

Pierre Morel à l'Huissier le député sortant Les Républicains est une nouvelle fois candidat. Il postule à un cinquième mandat de député, après son élection en 2002, alors pour le compte de l'UMP, et ses réélections en 2007, 2012 et 2017. Mais le contexte n'est pas le même qu'en 2017.

Car en 2019, Pierre Morel à l'Huissier a été au centre d'une enquête du site d'investigation Mediapart. Le journal en ligne indépendant y relayait les allégations d'un ancien collaborateur qui accuse le député d'avoir mis en place un système de rétrocession en liquide de faux frais remboursés par l'Assemblée Nationale. Et Mediapart mettait aussi en lumière les curieuses conditions d'embauche et de travail d'une employée du conseil d'architecture, d'urbanisme et de l'environnement de la Lozère. Une collaboratrice à temps plein du député et donc un emploi fictif pour le media en ligne, ce que Pierre Morel à l'Huissier dément. 

Mediapart a publié un deuxième volet de cette enquête juste avant les élections. Malgré ses dénégations, Pierre Morel à l'Huissier doit faire l'objet d'une comparution devant le tribunal de Privas (Ardèche) en novembre prochain. Le député sortant reste bien sûr présumé innocent mais l'affaire pourrait faire des dégâts dans les urnes, surtout, pour celui qui se présente régulièrement comme un "chevalier blanc" de la moralité en politique.

Concurrence sévère

Un député sortant potentiellement en difficulté, d'autant plus que la concurrence s'annonce sévère. Avec notamment le candidat divers droite Patrice Saint-Léger, ancien maire de Rieutort-de-Randon et frère de l'ancien député Francis Saint-Léger (à l'époque où la Lozère comptait encore deux circonscriptions, jusqu'en 2010). Ce vétérinaire installé à Mende peut s'appuyer sur un véritable réseau local.

Francis Palombi est l'autre candidat qui peut faire du mal au député sortant. Le président de la Confédération des commerçants de France était investi par En Marche pour les législatives en 2017. Il n'a pas reçu l'investiture du mouvement présidentiel cette année et se présente sans étiquette.

Car c'est Laurent Suau, le maire de Mende qui représentera Renaissance, le nouveau nom du parti présidentiel, même s'il n'en est pas officiellement membre. Le maire de Mende l'est en effet toujours au Parti Socialiste.

Au premier tour de la Présidentielle 2022, Jean Lassalle a réuni plus de 10% des voix dans ce département rural. Christophe Castan représentera le mouvement Résistons ! à cette élection et peut peut-être capter une partie des votes.

La gauche en embuscade

Une situation qui pourrait peut-être profiter à la gauche dans cette circonscription. La Nupes a investi Sandrine Descaves, une employée du Parc national des Cévennes, issue des rangs de l'Union Populaire. Et la gauche unie se prend à rêver que les divisions des la droite puissent lui profiter. Même si la situation particulière du maire de Mende, qui peut rassembler en même temps des voix socialistes et des voix macronistes, fait peser une inconnue sur les chances de la NUPES.