Lozère : les Gorges de Chassezac fermées jusqu'à la fin de l'hiver

Des travaux de rénovation à l’usine de production électrique de Beyssac en Lozère devaient entraîner l’arrêt de la centrale jusqu'au 14 octobre. Mais par mesure de sécurité, les Gorges de Chassezac seront interdites pour toute la période hivernale, malgré la fin du chantier.
Les Gorges de Chassezac en Lozère - archives
Les Gorges de Chassezac en Lozère - archives © maxppp L.Simon
Les conditions climatiques se dégradant dans les gorges de Chassezac, les autorités ont décidé de leur fermeture pour toute la période hivernale. Car les variations brutales du niveau des eaux constituent un danger pour la vie de personnes y exerçant une activité (de canyoning par exemple). La préfecture de Lozère précise :
 

Le site des gorges du Chassezac est dangereux, les accidents mortels qui s’y sont produits par le passé incitent à la vigilance


Fermées par arrêté municipal


En dépit de la fin des travaux à l’usine de Beyssac le lundi 14 octobre, l’accès aux site restera donc interdit par arrêté municipal des communes de Pied-de-Borne et Prévenchères.


Une usine hydraulique datant de 1965


L'usine hydraulique de production d'électricité de Beyssac en Lozère, aux confins du Gard et de l'Ardèche, était à l'arrêt pour travaux depuis le 23 septembre 2019 à 8 heures. Un chantier prévu pour durer jusqu'au 14 octobre à 17 heures. EDF réalise des travaux de rénovation, de mise aux normes et de modernisation dans cette structure mise en service en 1965.
 
Durant cette période, l'accès aux Gorges de Chassezac, principalement entre le barrage du Raschas et celui de Sainte-Marguerite sera interdit car il sera dangereux. Tout comme les activités aquatiques dans la zone.
 
Le barrage du Raschas en Lozère - archives
Le barrage du Raschas en Lozère - archives © EDF


Variations de niveaux


Durant ces travaux, le barrage du Raschas est en déversement libre dans le cours d'eau, pouvant ainsi entraîner des fluctuations importantes et/ou rapides des niveaux d’eau. D'où le danger de pratiquer des activités nautiques dans les Gorges de Chassezac, mais aussi de circuler sur les berges. Cela comprend la partie de la rivière entre Prévenchères et Pied-de-Borne.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
énergies renouvelables énergie environnement société sécurité tourisme économie