Mende : appel à la mobilisation lycéenne pour mardi

Lors de la 4eme grève mondiale pour le climat, vendredi 29 novembre, une bonne centaine de jeunes lozèriens ont défilé à Mende pour dénoncer les conséquences du système capitaliste et appeler à un changement radical. / © Youth for Climate Lozère
Lors de la 4eme grève mondiale pour le climat, vendredi 29 novembre, une bonne centaine de jeunes lozèriens ont défilé à Mende pour dénoncer les conséquences du système capitaliste et appeler à un changement radical. / © Youth for Climate Lozère

Un groupe de lycéens sensibles à l'urgence climatique appelle tous leurs camarades de Lozére à se mobiliser mardi dans la continuité de la grève massive du 5 décembre. Dans leur colimateur, outre le climat, les inégalités sociales.

Par Isabelle Bris

Le groupe local de Lozère du mouvement lycéen "youth for climate " appelle donc tous les lycéens du département à se mobiliser mardi 10 décembre, dans la foulée du mouvement de grève nationale qui a débuté jeudi 5 décembre.

Pour ces lycéens, la réforme des retraites proposée par le gouvernement est un véritable symbole de la casse sociale et de la précarisation toujours plus forte des plus faibles, un triste synonyme du « chacun pour soi » au dépend de la solidarité.

On lutte pour une révolution pour le climat mais aussi contre toutes les inégalités sociales, on ne veut pas  se laisser enfermer dans la catégorie la jeunesse et le climat explique Evane Kopf, lycéenne à Mende.

Le groupe local "Youth for Climate" s'est formé en Lozère en mars dernier, lors de la première grève mondiale pour le climat. / © Youth for Climate Lozère
Le groupe local "Youth for Climate" s'est formé en Lozère en mars dernier, lors de la première grève mondiale pour le climat. / © Youth for Climate Lozère
 

Un avenir tout en noir

Pour ce groupe de lycéens , "la majorité des luttes sociales sont liées" et c'est qui les pousse à se mobiliser, affirment-ils par communiqué.

La réforme du bac nous est tombée dessus, la précarité étudiante ne tardera pas à son tour, écrivent-ils.


Leur vision du futur est plutôt sombre : après le bac, ils se voient ensuite touchés par le chômage, ou alors  s'ils trouvent  un travail, "confrontés aux inégalités salariales dues à notre chère société patriarcale" !

Quant à la retraite , ils la qualifie dores et déjà d' " illusoire" , d'autant qu'ils imaginent leur espérance de vie considérablement réduite par les  "problèmes écologiques".

Un avenir qui n'a rien de radieux et qu'ils veulent à tout prix éviter de subir. 

Sur le même sujet

Les + Lus