A Mende, les bergers à nouveau vent debout contre le plan Loup

Les agriculteurs de Lozère manifestent contre le Plan Loup, trop timoré selon eux, face à l'ampleur des attaques sur les troupeaux de brebis. La tension est montée d'un cran cette semaine avec l'annonce de la découverte de traces de loups baltes, en plus de celles déjà connues de loups italiens.
Manifestation de bergers avec leurs troupeaux de brebis contre le plan Loup, à Mende, en Lozère le 26 juillet 2018.
Manifestation de bergers avec leurs troupeaux de brebis contre le plan Loup, à Mende, en Lozère le 26 juillet 2018. © F3 LR O.Le Piver
Les syndicats Jeunes Agriculteurs, FDSEA, Coordination Rurale et la Fédération Nationale de Défense du Pastoralisme ont manifesté ce jeudi matin 26 juillet à Mende en Lozère, contre ce qu'ils appellent "la négligence et le désengagement des services de l’État sur le dossier loup".

Point de départ de la colère des bergers : la présence de 2 loups Baltes sur le territoire lozérien, alors que les loups connus jusqu'à présent étaient tous d'origine italienne.

Les agriculteurs sont notamment furieux parce que l'annonce de cette présence n'a été faite que 16 mois après sa découverte par les services de l'Etat.
 

Il est intolérable que les services de l’État soient restés dans le silence aussi longtemps et que les agriculteurs qui sont les premiers impactés n’en aient pas été informés.
 



Les syndicats pointent du doigt le parc scientifique de Sainte-Lucie en Lozère. Un de ces loups du Parc du Gévaudan se serait échappé, sans que personne ne le signale, et ce sont ses traces qui auraient été retrouvées.
Ils demandent la fermeture définitive du parc.

En début de semaine, des prélèvements ont été effectués auprès des animaux du parc du Gévaudan. Les agriculteurs s'y sont rendus en force, le tension est montée et l'un d'eux a été placé en garde à vue pour avoir heurté un gendarme avec son tracteur, selon la préfète de Lozère, Christine Wils-Morel.

Hervé Sapet, président de la Coordination rurale de Lozère, a été présenté devant le tribunal de Mende ce mardi 24 juillet, pour "violences avec arme sur personne dépositaire de l'autorité publique". Son audience a été fixée au 4 septembre prochain. 
 
Les syndicats agricoles réclament l'abandon des poursuites contre Hervé Sapet et demandent aussi "la venue immédiate du Préfet Bouillon, qui est aussi préfet Coordonnateur du Plan Loup". Un Plan Loup qui est donc toujours très contesté par les éleveurs.
 
Les éleveurs de brebis ont bloqué tous les accès à la ville de Mende en Lozère l'après-midi du 26 juillet 2018 pour demander la venue rapide du préfet coordonnateur  national du plan Loup.
Les éleveurs de brebis ont bloqué tous les accès à la ville de Mende en Lozère l'après-midi du 26 juillet 2018 pour demander la venue rapide du préfet coordonnateur national du plan Loup. © F3 LR


Même si ce matin, la préfète de Lozère, a tenu à assurer que sa porte était toujours ouverte aux agriculteurs, les éleveurs ont maintenu la pression. Face au peu d'avancées des discussions, ils ont décidé de bloquer la ville de Mende avec leur tracteur cet après-midi.

Le préfet coordonnateur national du plan Loup a finalement accepté de venir les rencontrer en Lozère demain vendredi 27 juillet. 

Les barrages ont donc été levés vers 16h. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie nature animaux manifestation social ruralité société loup sorties et loisirs