• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Lunel : d'autres départs pour la Syrie ?

La mère de la collégienne avait alerté la police de la disparition de sa fille. / © Olivier Mayer / France 3 Champagne-Ardenne
La mère de la collégienne avait alerté la police de la disparition de sa fille. / © Olivier Mayer / France 3 Champagne-Ardenne

Plusieurs jeunes originaires de Lunel seraient partis ces dernières semaines pour accomplir le Jihad en Syrie. Ils seraient de 15 à 20 dans ce pays en guerre. Parmi eux, l'épouse du jeune homme décédé il y a quelques jours. Partie enceinte avec son mari, sa famille est toujours sans nouvelles.

Par Carine Alazet


Anas, 24 ans, est le 6ème jeune Lunellois mort en Syrie en 2014.  Il est parti en février, avec son épouse enceinte Assia, sans prévenir ses proches.
Le jeune homme avait quitté son emploi de maçon et sans doute contracté des prêts à la consommation pour financer le voyage jusqu'à cette zone de guerre. Issu d'une famille sans histoires, il semble s'être fanatisé récemment, tout comme une quinzaine d'autres jeunes Lunellois, également partis faire le Jihad.
Tous se connaissaient. 3 sont morts en octobre et 2 en décembre.

Les circonstances du décès d'Anas fin décembre et la situation de son épouse Assia ne sont pas connues pour l'instant.

A Lunel, on s'interroge sur la radicalisation et les filières qui recrutent les jeunes de la ville. A l'automne, l'imam de la Mosquée lunelloise avait été vivement critiqué pour son refus de condamner le départ des jeunes de sa ville pour le Jihad.

Le point avec Armelle Goyon : 

Un 6ème jeune Lunellois tué en Syrie
Récit Armelle Goyon et interview de Philippe Moissonnier, conseiller municipal PS de Lunel - 3/1/2015

400 Français seraient en ce moment en Syrie. Le nombre de départs vers ce pays en guerre pour faire le Jihad aurait augmenté de plus de 80% en 2014 selon le gouvernement français.

Infographies de l'AFP sur les Français jihadistes en Syrie :

© AFP
© AFP



 

© AFP
© AFP

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Montpellier/Battle of the Year: les femmes font leur place dans la danse hip-hop

Les + Lus