Montpellier : IBM va supprimer des emplois, les 400 salariés sont inquiets

Le géant de l'informatique américain envisage de réduire ses effectifs en France d'environ 1.200 postes, soit 1/4 des effectifs, d'ici à 2022. IBM souhaite se concentrer sur le "cloud" ou l'informatique dématérialisée. Le site historique de Montpellier compte 400 salariés contre 3.300 à son apogée.
IBM à Montpellier - archives
IBM à Montpellier - archives © Maxppp
La réorganisation mondiale d'IBM visant à se débarrasser des activités les moins rentables va se traduire en France par 1.100 à 1.400 suppressions de postes sur les 5.200 existants. C'est le plan social le plus important d'IBM jamais fait dans l'hexagone.
Aucun chiffre officiel par site n'a encore été donné mais des indiscrétions parlent de 20 à 25% des effectifs. Soit, 75 à 100 départs pour Montpellier.

Ce PSE (plan de sauvegarde de l'emploi) mixte doit être présenté officiellement aux organisations syndicales le 16 décembre, avec un plan de départs volontaires mais aussi des licenciements s'il n'y a pas assez de volontaires.

La CFE-CGC, qui confirme ces informations, a interpellé mercredi dans un communiqué la nouvelle présidente d'IBM France Béatrice Kosowsky afin de lui "demander des garanties face à l'ampleur des restructurations".
Ces suppressions de postes s'inscrivent dans une restructuration mondiale d'IBM qui touche "plus de 20% des effectifs en Europe, soit 7.700 personnes", selon l'Unsa, "jusqu'à 25%, soit plutôt 10.000", selon la CFE-CGC.

Le site de Montpellier a 55 ans

IBM France, ce sont 19 sites repartis dans toute la France, dont 2 en Occitanie. Un à Montpellier et un à Blagnac, près de Toulouse.

Inauguré en 1965, le site de Montpellier comptera fin décembre 400 emplois. Et probablement moins de 300 fin 2021.

Au plus fort de l'activité, dans les années 80, IBM Montpellier au Millénaire accueillait 3.300 salariés dont beaucoup sur des lignes de production et plus de 10.000 sous-traitants. Mais depuis août 2020, IBM ne produit plus rien à Montpellier. Le site est 100% tourné vers le service et la formation.
Il n'y a désormais plus d'embauche mais 60 à 100 départs chaque année. Et la majorité des salariés restants a entre 55 et 60 ans.

Les syndicalistes héraultais sont inquiets, pour eux l'incertitude est grande. Même le bail d'occupation des locaux qui se terminait en 2020 n'est prolongé que de 6 mois.Cette nouvelle réduction des effectifs aura lieu avant la réorganisation majeure annoncée par Arwind Krishna, PDG d'IBM Corp., concernant la scission d'IBM en deux sociétés distinctes d'ici fin 2021.

IBM emploie 400.000 personnes dans le monde. Le groupe US a généré 17,56 milliards de dollars de revenus pendant le troisième trimestre, contre 18 milliards l'année dernière, en baisse de 2,6%, mais a dégagé un bénéfice net en légère hausse de 1,8% à 1,7 milliard.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
emploi économie technologies internet économie numérique finances