• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Moustique tigre : aucune restriction au don de sang à Montpellier

A Montpellier comme dans les 22 départements touchés par le moustique tigre, vous pouvez donner votre sang sans restriction particulière.
A Montpellier comme dans les 22 départements touchés par le moustique tigre, vous pouvez donner votre sang sans restriction particulière.

L'Etablissement français du sang dément formellement, ce matin, une quelconque méfiance envers les dons du sang provenant de l'Hérault ou d'un autre département touché par le moustique tigre. Les directives de vigilance, données uniquement en cas de chikungunya, ont été levées en septembre dernier.

Par Sylvie Bonnet

Aucune méfiance ou restriction du don du sang dans l'Hérault pour cause de moustique tigre. Contrairement à une information parue dans la presse locale, le protocole mis en place par l'Etablissement français du sang pour limiter ou contrôler les dons de sang dans les zones dites "à risques" ne concerne pas, à ce jour, les 22 départements métropolitains infestés par le moustique tigre.

Le responsable régional des prélèvements de l'EFS pour la zone Pyrénées-Méditerranée est catégorique. Pour Mohamed Elrakaawi, les précautions prises l'an dernier au moment de l'alerte au chikungunya à Montpellier ont été levées dès la fin de cette alerte, à savoir en septembre dernier.
Depuis, les dons de sang de Montpellier sont traités exactement de la même façon que ceux des autres départements. Une cellule de suivi est toujours activée, au niveau national, pour surveiller d'éventuels nouveaux cas de chikungunya mais aucune alerte n'est enregistrée à ce jour.


Des précautions uniquement en cas de chikungunya

L'été dernier, dès que des cas de chikungunya ont été diagnostiqués dans le quartier de las Sorbes, à Montpellier, les dons du sang du département ont dû s'entourer de précautions supplémentaires. Ainsi, les poches de sang dites "à risques" ont été stockées à part pendant 15 jours, le temps pour les donneurs de vérifier qu'ils n'étaient pas potentiellement porteurs du virus. Des instructions pour prévenir l'Etabissement français du sang en cas de fièvre ou autres symptômes ont été prodiguées aux donneurs.

Ce dispositif spécial a donc été levé dès la fin de l'alerte. Et ne sera réactivé qu'en cas de nouvelle alerte.  Si cela se produit, un laboratoire de Marseille est désormais équipé pour pouvoir détecter la présence du chikungunya et les poches de sang suspectes y seront automatiquement analysées.
 


 

Sur le même sujet

Carcassonne : le meurtre d'un SDF de 30 ans à La Palme en 2012 devant la cour d'assises

Les + Lus