Cet article date de plus de 7 ans

Municipales à Grabels : René Revol seul maire sortant du Parti de gauche de la région

Cette commune de près de 6.600 habitants est intégrée à l'Agglomération de Montpellier. C'est la seule commune importante du Languedoc-Roussillon détenue par le Parti de gauche.

Grabels a été gagnée par René Revol aux dernières municipales de 2008.
Ancien du PS, ce proche de Jean-Luc Mélenchon a rejoint sa bannière en cours de mandat.
Sous l'étiquette Front de gauche, il a depuis mené en vain une liste aux européennes et aux régionales. Mais à Grabels, il est bien plus discret sur sa couleur politique et mène campagne en tant que maire sortant.

Projet phare du maire sortant, la maison commune accueillera la nouvelle mairie, les services sociaux et les associations. Près de 8 millions et demi d'euros, dont la moitié payée par la commune.
Un chantier jugé trop cher et démesuré par Pascal Heymès. Il a été le premier adjoint de René Revol.
Devenu son opposant, le centriste l'attaque régulièrement sur les finances de la ville. Il lui reproche aussi son opposition de principe sur la question de la future métropole.

Le 3e candidat est clairement à droite, soutenu par l'UMP, le Modem et l'UDI.
C'est la première campagne de Régis Morvan, habitant à Grabels depuis 4 ans. Il pointe la politique anti-libérale et anti-capitaliste du maire. A ce titre, il critique le développement excessif des logements sociaux.

Symbole de l'explosion démographique autour de Montpellier, Grabels a vu sa population tripler en 30 ans.
L'enjeu du scrutin sera de parvenir à faire le grand écart entre un vote plutôt populaire dans le nouveau quartier de la Valsière et celui plus conservateur des habitants du vieux village.

durée de la vidéo: 03 min 27
Grabels (34) : une mairie tenue par le Parti de gauche depuis 2008

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique élections municipales 2020