Occitanie : le régime de calamité agricole enclenché après le gel de ces derniers jours

Après l'épisode de gel, le bilan des dégâts en Occitanie est considérable dans les vignobles héraultais, lotois, gaillacois mais aussi dans les vergers de la région. L'Etat active son régime de calamité agricole. La Région va aussi débloquer des aides pour les agriculteurs sinistrés.

L'arboriculture sous le givre, ce jeudi matin à Sisteron.
L'arboriculture sous le givre, ce jeudi matin à Sisteron. © Max PPP/ERIC CAMOIN

C'est l'heure des comptes pour les agriculteurs de notre Région après le gel de ces derniers jours. Et les dégâts sont considérables. Dans l'Hérault, le Gard, l'Aude mais aussi dans les vergers et les vignes du Tarn, du Tarn et Garonne et du Lot. Dans ce dernier département les viticulteurs du Quercy ont perdu entre 30 et 70% de leur production. Du jamais vu en 30 ans.

Le ministre de l'agriculture a réagi dès hier face à l'ampleur des pertes. Julien Denormandie assure que l'État sera aux côtés des producteurs dont les cultures ont été durement touchées par le gel, sans préciser le montant qui sera débloqué.

Une situation exceptionnelle

" On est aujourd'hui face à une situation tout à fait exceptionnelle, particulièrement difficile, qui touche un grand nombre de cultures. La viticulture bien sûr, l'arboriculture, mais aussi les grandes cultures ont souffert de cet épisode de gel, a précisé le ministre de l'agriculture chez nos confrères de Franceinfo hier.

En effet avec les fortes chaleurs des semaines précédentes, les plantes ont fait éclore les bourgeons. Puis une chute très brutale des températures s'est opérée ces derniers jours avec un écart de plusieurs dizaines de degrés. On est parfois passé de + 20 degrés à - 5 degrés. Résultat : les bourgeons ont complètement gelés. Une fois que le bourgeon gèle, c'est l'ensemble de la récolte qui est profondément mise à mal voire perdue.

Des pertes considérables

Dans l'appellation Chasselas de Moissac, par exemple, on estime qu'un tiers du vignoble est perdu. Pour tous les fruits à noyaux, comme la prune dans le Tarn et Garonne, ces pertes s'éleveraient entre 50 et 70% des productions.

Sur le terrain, beaucoup d'agriculteurs évoquent un épisode semblable à celui de 1991. Beaucoup de départements d'Occitanie sont impactés. Tout comme d'autres régions en France. Le gel n'a épargné personne.

Activation du régime de calamité agricole

Notre mobilisation est totale pour que les mesures d'accompagnement soient mises en place le plus rapidement possible. Et ces mesures d'accompagnement, c'est d'abord les mesures de l'État. On va lancer notamment la mise en œuvre de ce qu'on appelle le régime de calamité agricole. On va étudier également les dispositifs fiscaux habituels que nous pouvons mettre à disposition des agriculteurs qui sont face à ces difficultés. Mais la mobilisation, c'est aussi celle des assureurs, évidemment. Et puis c'est également la mobilisation des banquiers, qui sont évidemment là aussi des acteurs clés. Donc, vous voyez, on est en train d'organiser cette mobilisation totale pour que les mesures d'accompagnement puissent être mises en place le plus rapidement possible pour que personne ne soit laissé de côté.

Julien Denormandie, ministre de l'agriculture à Franceinfo

Des cellules de crise pour recencer les pertes

La Région Occitanie elle aussi a déjà fait savoir cette semaine qu'elle serait aux côtés des agriculteurs après cet aléa climatique et va aussi débloquer des aides d'urgence.

Des mesures d'accompagnement encore difficile à chiffrer puisque le bilan définitif de ces pertes ne sera pas connu avant plusieurs jours.

Des cellules de crises ont été mises en place par des chambres d'agriculture et les FDSEA dans plusieurs départements comme le Gard. Des cellules pour recenser très vite les dégâts et envisager des actions.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie intempéries météo prévisions météo