Pour offrir à tous des masques de protection gratuits pour le déconfinement, un commerçant recycle de vieux draps !

"Un masque gratuit pour tous quelle que soit sa situation sociale et financière", cette phrase, Pascal Serrier la répète à l'envi et surtout, il la met en pratique. Ce commerçant de Montauban a lancé une initiative originale  : transformer des vieux draps en masques et les distribuer gratuitement.
Chaque jour, 1 à 2 tonnes de draps sont déposés au pressing de Sapiac
Chaque jour, 1 à 2 tonnes de draps sont déposés au pressing de Sapiac © Pascal Serrier
Pascal Serrier est à la tête du pressing installé dans la galerie marchande du Leclerc Sapiac à Montauban. Depuis le début de la crise sanitaire, son commerce n’a pas fermé une seule journée, le décret du 14 mars autorisant les pressings de détail à rester ouvert.
Il a même été très sollicité. L’Esat qui entretenait le linge d’une clinique et d’un Ehpad de la commune ayant dû fermer, c’est lui qui a pris le relais.
 
Face aux risques de propagation du Covid-19, Pascal Serrier souhaitait équiper ses salariés de masques en tissu pour les protéger de toute éventuelle contamination. Et c’est là qu’il a eu le déclic. Pourquoi ne pas fabriquer ces masques dans des vieux draps ? Et pourquoi ne pas le faire à grande échelle et ainsi doter gratuitement tous ceux qui en feraient la demande ? L’idée pouvait paraître ridicule, pourtant, il était bien décidé à tenter le coup.

Un succès inattendu


Sans aucune certitude de réussite, Pascal Serrier lance un appel aux dons de draps sur les réseaux sociaux et invite les bonnes volontés sachant coudre et ayant envie de participer à cette aventure à se faire connaître. Sans attendre, c’est un formidable réseau de solidarité qui se met en place. Plus de 75 couturières répondent à l’appel et les draps affluent. Devant son pressing où il a mis des bacs de récupération, c’est entre 1 tonne et demie et 2 tonnes de draps et de tee-shirts qui sont quotidiennement déposés.
Nettoyés avec un antiviral et passés à l’ozone pour détruire les bactéries, ils sont ensuite transformés en masques aux normes AFNOR que Pascal Serrier distribue gratuitement dans son pressing.
   

J’ai toujours été contre l’idée de faire du profit avec les masques. Là, ce n’est pas l’argent qui parle, c’est le cœur.

Pascal Serrier


Depuis le début de l’opération, ce sont des milliers de masques qui ont ainsi été distribués, que ce soit par le réseau de bénévoles qui s’est mis en place ou par les municipalités. Pour répondre à la demande, les masques se font en 3 tailles : enfant, ado et adulte. « Le plus drôle, conclut Pascal Serrier, c’est que les gens ont maintenant des exigences. Ils veulent telle ou telle couleur, telle ou telle matière. On fait tout pour les satisfaire. On se sent utiles et ça nous rend heureux »
 

La collecte se poursuit


Des racks de récupération sont toujours mis à disposition dans le sas d’entrée du magasin Leclerc Sapiac. Vous pouvez y déposer draps et tee-shirts entre 9 heures et 20 heures, de préférence dans des sacs plastiques.
 



 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
archives archives archives archives archives archives archives archives archives archives archives