Cet article date de plus de 8 ans

Opération coup de poing contre le travail dissimulé dans le bâtiment à Grabels dans l'Hérault

80 gendarmes, des policiers de l'air et des frontières et des agents de l'inspection du travail ont contrôlé, tôt, ce mardi matin, 2 chantiers de construction près de Grabels.
Grabels (Hérault) - opération de contrôle de travail dissimulé - 27 novembre 2012.
Grabels (Hérault) - opération de contrôle de travail dissimulé - 27 novembre 2012. © F3 LR E.Jubineau

Les 2 chantiers, où travaillaient au total plus de 100 employés, ont été contrôlés par 80 gendarmes et plusieurs organismes d'état.

Les contrats de travail, les papiers des ouvriers, les conditions de travail, la sécurité mais aussi les différentes déclarations aux organismes sociaux, de santé, de retraite et de chômage seront inspectés dans la journée.

La vigilance des contrôleurs s'est focalisée sur les entreprises en sous-traitances.

Le contrôle sur site, débuté tôt ce matin, va se poursuivre toute la journée, voire au delà, au siège des entreprises concernées.

Grabels (Hérault) - opération de contrôle de travail dissimulé - 27 novembre 2012.
Grabels (Hérault) - opération de contrôle de travail dissimulé - 27 novembre 2012. © F3 LR E.Jubineau



Gendarmerie, police nationale, police de l'air et des frontières, inspecteurs du travail et de l'Urssaf, près de 80 militaires et fonctionnaires ont été engagés ce mardi matin dans une vaste opération de contrôle de travail illégal. Objectif : deux chantiers à Grabels dans la périphérie sud est de Montpellier.

Ce type d'action n'est pas une nouveauté pour les policiers et gendarmes qui en font une centaine par année.
                                          
La plupart des contrôles se sont déroulés sans problèmes. Plusieurs faux contrats de sous-traitance ont été trouvés ce qui a entraîné l'interrogatoire d'un artisan par les militaires.
L'Urssaf vérifie également plusieurs déclarations à l'embauche.
 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société travaux publics emploi