Presque 6 millions d'habitants en Occitanie, la région reste l'une des plus attractives de France selon l'INSEE

Selon une étude de l'INSEE dévoilée ce 29 décembre 2020, entre 2013 et 2018, la région gagne en moyenne 40 300 habitants par an. La dynamique démographique est particulièrement marquée dans l'Hérault et en Haute-Garonne, les deux départements les plus peuplés de la région.

© MAXPPP

Au 1er janvier 2018, l’Occitanie comptait 5 885 496 habitants. Elle reste toujours la cinquième des treize régions métropolitaines par sa population, derrière l' Ile-de-France, Auvergne- Rhône-Alpes, les Hauts-de-France et la Nouvelle-Aquitaine et devant le Grand Est. Résultat d'une étude que l'INSEE publie ce mardi 29 décembre 2020. 

Entre 2013 et 2018, la région gagne en moyenne 40 300 habitants par an (+ 0,7 %). Cette croissance démographique reste élevée par rapport à celle observée sur le territoire métropolitain (+ 0,4 %) : la région se classe en deuxième position derrière la Corse, mais avec un gain de population 11 fois plus important. Ce dynamisme est dû pour l’essentiel aux arrivées, nettement plus nombreuses que les départs : c’est le solde migratoire (+ 0,6 % par an sur la période) qui porte la croissance de la population.

Par rapport à la période quinquennale précédente, la croissance démographique ralentit en Occitanie. Le taux de croissance moyen passe de + 1 % par an entre 2008 et 2013 à + 0,7 % par an entre 2013 et 2018, résultat d’un ralentissement conjugué des dynamiques naturelles et migratoires.

© INSEE

Le dynamisme démographique de la région est toujours très fort en Haute-Garonne et dans l’Hérault. Cinq autres départements gagnent des habitants entre 2013 et 2018 : les Pyrénées-Orientales, le Tarn, l’Aude, le Tarn-et-Garonne et le Gard.

L’Ariège, l’Aveyron, le Gers, les Hautes-Pyrénées, le Lot et la Lozère, départements plus ruraux, ont une population relativement stable durant cette période, leur solde migratoire positif équilibrant le déficit des naissances par rapport aux décès.

Attractivité confirmée pour les agglomérations de Toulouse et Montpellier et pour le littoral 

© INSEE

Au sein de la région, les territoires constituant l’armature urbaine concentrent l’essentiel du dynamisme démographique. Celui-ci est très marqué dans l’agglomération toulousaine (+ 1 ,3 % par an entre 2013 et 2018), la cinquième de France avec 1 019 460 habitants, et encore plus dans celle de Montpellier (+ 1 ,6 %), dixième de France (449 187 habitants). La dynamique toulousaine se répercute jusqu’à certaines agglomérations proches comme Montauban (+ 1 ,1 %), Graulhet (+ 1 ,5 %) ou Gaillac (+ 1 ,2 %). Plus à l’est, le dynamisme démographique s’observe surtout le long de l’autoroute A9 dans le chapelet d’agglomérations du littoral méditerranéen entre Nîmes et Perpignan, comme Lunel, Agde, Béziers ou encore Narbonne.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
aménagement du territoire