Une primaire du Front national : Gilbert Collard l'envisage pour 2022

Gilbert Collard, député apparenté FN, estime que le Front national ne pourrait pas dans l'avenir "s'affranchir" d'organiser une primaire pour désigner son ou
sa candidate à l'élection présidentielle. En 2022.

Gilbert Collard et Marine Le Pen juillet 2016 au Pontet
Gilbert Collard et Marine Le Pen juillet 2016 au Pontet © BORIS HORVAT / AFP
Gilbert Collard, le député apparenté FN du Gard estime que le Front national devra organiser une primaire pour désigner son ou sa candidate à l'élection présidentielle en 2022.

"L'expérience des primaires telle qu'elle a été vécue cette fois-ci est une bonne expérience démocratique", a déclaré le député du Gard sur
LCI, "Je trouve même que le Front national ne pourra pas dans l'avenir, à mon avis, s'en affranchir", a-t-il dit.
"On a notre candidate, il y a eu le Congrès, elle a été élue normalement, démocratiquement", a déclaré Gilbert Collard, en référence à la présidente du Front national Marine Le Pen, "mais dans l'avenir, je pense que c'est utile", a-t-il ajouté.


Une primaire en 2022

"Cette primaire de droite, à voir sur le plan expérimental ce qu'elle donnera dans les semaines et les mois qui vont venir, en tout cas elle a été quand même
tout à fait exemplaire (...) on doit avoir l'honnêteté de le reconnaître", a-t-il assuré.
"J'ai toujours été très  hostile à la primaire parce que j'ai considéré qu'elle avait transformé le président de la République en +fraise des bois+ (...) et que
ça avait vraiment détruit l'autorité du président de la République", a-t-il cependant expliqué, en référence à la primaire de la gauche en 2011. "Je considérais que la primaire créait des conflits que l'après-primaire avait beaucoup de mal à apaiser", a-t-il poursuivi.
"Pour la gauche, elle n'a pas eu des lendemains qui chantent parce qu'on voit bien que les blessures qui ont été commises, notamment sur le plan narcissique, ont eu des conséquences dramatiques", a-t-il analysé.
"Si on arrive à dépasser ces conflits narcissiques, c'est une bonne chose, et moi je pense que le Front national n'a pas de raisons de s'en affranchir", a-t-il
conclu.

Gilbert Collard a en revanche critiqué dimanche la victoire de François Fillon, qu'il a qualifié de "faux dur" sur son compte Twitter.


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
gilbert collard politique rassemblement national