Pyrénées : les associations pro ours boycottent une réunion avec l'Etat

Les associations de défense de l'ours des Pyrénées ont décidé de boycotter une nouvelle réunion de concertation dans le dossier hyper sensible de l'ours. Elles critiquent le laxisme de l'Etat et "une escalade sans fin dans la surenchère et la violence".

Ours des Pyrénées
Ours des Pyrénées © D.Becus/MAxPPP

Dans une lettre ouverte adressée au Préfet de d'Occitanie, les associations représentant la coordination Cap Ours annoncent qu'elles ne participeront pas à la réunion qui était organisée ce lundi 3 mai en préfecture. Une décision qui intervient quatre jours après la manifestation d'éleveurs à Arreau dans les Hautes-Pyrénées pour réclamer le retrait des ours à problème.

Pour justifier cette décision, les associations expliquent que :

Depuis deux ans, nous avons participé activement aux réunions malgré nos désaccords de fond sur certaines options prises par l'Etat, nous avons salué des efforts réalisés et nous avons fait l'effort de ne pas répondre à des provocations pourtant manifestes, mais nous ne pouvons accepter les annonces faites lors de la récente réunion du Groupe Pastoralisme et ours Hautes Pyrénées.

"L'Etat navigue sans cap ni boussole"

Dans le courrier, les associations pro ours tirent à boulets rouges sur l'Etat, le rendant fautif du manque de dialogue avec le monde pastoral. "L'Etat ne respecte ni ses obligations légales, ni ses engagements, ni les experts, ni l'opinion publique majoritaire, ni les demandes de la Commission Européenne, ni même les décisions de justice."

La coordination Cap Ours enfonce le clou en jugeant que "l'Etat n'a aucune vision globale et stratégique, qu'il navigue sans cap ni boussole, en fonction des vents et des courants".

Absence totale de concertation

Les signataires déplorent une absence totale de concertation, considérant que les décisions "sont prises après un dialogue bilatéral uniquement avec les représentants de la profession agricole et en ne tenant compte que des radicaux et virulents, comme si le but était davantage de les amadouer que de résoudre les vraies questions." Avant de conclure que "le résultat est une escalade sans fin dans la surenchère et la violence où l'Etat cède à chaque palier".

Les associations demandent qu'à côté du groupe "pastoralisme et ours" soit créé un groupe "conservation de l'ours" pour dérouler et suivre l'application du plan ours dans les autres domaines que l'élevage.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
ours des pyrénées animaux nature vie associative société pyrénées montagne