Affaire du poney égorgé dans un camping à Argelès-sur-Mer : les deux hommes condamnés à 4 mois de prison ferme

Deux personnes comparaissaient devant le tribunal correctionel de Perpignan ce mercredi pour vol, sévices et cruauté envers un animal.  Ils ont reconnu avoir volé et égorgé le poney pour le manger. 

Un poney a été sauvagement massacré dans un camping d'Argelès-sur-mer - 25 novembre 2019
Un poney a été sauvagement massacré dans un camping d'Argelès-sur-mer - 25 novembre 2019 © FTV -Joan Lopez

Il y avait une foule peu habituelle ce matin au Tribunal correctionnel de Perpignan. Dès le début de l'audience, l'ambiance s'est tendue lorsque le propriétaire du poney a tenté de s'en prendre physiquement aux deux prévenus. Les services de l'escorte pénitentaire sont intervenus pour faire extraire l'homme de la salle d'audience à la demande du Président du Tribunal. 
 

Très vite est dressé le profil des deux accusés. Deux hommes de nationalité roumaine âgés de 31 et 40 ans. 

En France depuis 3 semaines pour l'un, une semaine pour l'autre. Ils sont venus dans la région pour travailler en tant qu'ouvrier dans des exploitations agricoles.  

Voler l'animal pour le manger 

Tout s'est déroulé dans la nuit de samedi à dimanche dans un camping d'Argelès-sur-mer où les deux hommes louent un bungalow. Après une soirée alcoolisée, les deux hommes expliquent avoir volé le poney chez une voisine du terrain de camping pour le manger.  Les deux prévenus s'expliquent : 

Tuer un animal chez soi, ça se fait chez nous en Roumanie. 

Le président répond directement : " Peut-être, mais le vol est aussi un délit dans votre pays!" . Le procureur requiert une peine de 8 mois d'emprisonnement dont 6 avec sursis. 

Verdict : 4 mois ferme 

Après le délibéré, le verdict du tribunal est plus sévère. Les hommes sont tous les deux condamnés à 4 mois d'emprisonnement.  Ils devront aussi verser 7500 € de dommages et intérêts. Le propriétaire du poney devrait recevoir 5000€ et 2500€  pour les associations de défense des animaux. 
 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pays catalan justice société animaux sorties et loisirs faits divers police sécurité