Grève contre la réforme des retraites : manifestations, blocages, revivez cette journée de forte mobilisation en Languedoc et Roussillon

La mobilisation a été particulièrement forte ce mardi 7 mars contre la réforme des retraites alors que les syndicats appelaient à "mettre la France à l'arrêt". Au moins 25 000 manifestants ont été comptabilisés par la préfecture à Montpellier. A Perpignan, les syndicats revendiquent 30 000 manifestants.

La bataille contre la réforme des retraites se poursuit. Les syndicats avaient appelé à mettre "la France à l'arrêt" ce mardi 7 mars. De nombreuses manifestations ont été organisées tout au long de la journée. Les transports étaient fortement perturbés. Dans cet article, France 3 Occitanie vous fait revivre cette nouvelle journée de mobilisation dans l'Hérault, le Gard, les Pyrénées-Orientales, la Lozère et l'Aude.

16h45 : au niveau national, les chiffres de la participation aux manifestations ne sont pas tous encore connus mais les syndicats ont déjà salué une "mobilisation historique", appelant le gouvernement à ne pas y "rester sourd", même si les taux de grévistes restaient un peu en deçà des records.

Peu avant le départ du cortège parisien vers 14H00, le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger, a salué une "mobilisation historique au regard des 40 ou 50 dernières années" avec environ "20%" de manifestants en plus que lors de la journée du 31 janvier. Celle-ci avait réuni 1,27 million de participants selon les autorités, 2,5 millions d'après les organisateurs.

16h35 : selon la préfecture du Gard, 6000 personnes ont manifesté ce mardi à Nîmes. La CGT revendiquait un peu plus tôt 30 000 manifestants.

16h25 : la préfecture de l'Hérault publie les premiers chiffres de la participation aux manifestations contre la réforme des retraites : 

Agde : 200 manifestants,

Ganges : 200,

Lunel : 300,

Saint-Pons-de-Thomières : 300,

Bédarieux : 800,

Clermont l'Hérault : 1 500,

Sète : 3 000,

Béziers : 6 000,

Montpellier : 25 000.

16h15 : la pluie a commencé à tomber à Carcassonne. Les manifestants défilent dans les rues de la ville.

16h05 : autres témoignages, ceux de Sébastien et de Marie, entrepreneurs indépendants, dans la manifestation de Nîmes : "on tiendra, on reviendra autant qu'il le faudra. On ne sait pas de quel côté la pièce retombera, mais on ne peut pas décemment se laisser faire sans temoigner de notre colère contre cette loi."

15h50 : dans la manifestation à Nîmes, Anne-Marie, salariée, témoigne : "pour ma part, si le projet de loi passe en force sans écouter la rue, je n'irai plus jamais voter, c'est la faillite de la démocratie".

15h40 : Michaël Delafosse, maire de Montpellier, repéré dans le cortège par une collaboratrice de France 3 Occitanie.

15h30 : dans la manifestation de Montpellier, Bernard, 77 ans, témoigne : "ma première manifestation c'était en 68, ça passe ! J’étais dans le privé et pas syndiqué. Là il y a du monde, j’espère qu’ils vont reculer. Les jeunes, ce sont eux qui m’inquiètent, ceux qui feront des études jusqu’à 26/27 ans. Ils partiront à quel âge ? Et puis la longévité stagne, alors vous comprenez…. »

15h25 : pas encore de décompte officiel et encore moins définitif mais la CGT revendique déjà 30 000 manifestants à Nîmes.

15h20 : plus de monde que lors de la dernière manifestation à Nîmes également, selon Frédéric Dotte, journaliste à France 3 présent dans le cortège.

15h17 : en Lozère, une manifestation est en cours également. "De nouveau 3000 personnes dans les rues de Mende" et "une mobilisation historique qui ne faiblit pas", indique la radio locale "48FM'.

15h15 : des bonnets phrygiens dans le cortège, un "Elon Musk" favorable à la réforme des retraites, voici quelques "insolites" repérés par notre journaliste Laurent Beaumel dans la manifestation de Montpellier.

15h10 : à Carcassonne, dans l'Aude, la manifestation a démarré. Selon les journalistes de France 3 Occitanie présents sur place, environ 5000 personnes sont rassemblées.

15h00 : beaucoup de monde dans les Jardins de la Fontaine à Nîmes, peu avant le départ de la manifestation, comme a pu le constater Frédéric Dotte, l'un des journalistes de France 3 Occitanie présents sur place.

14h45 : ambiance festive dans le cortège de Montpellier avec le camion "musical" du syndicat Sud. L'un de nos journalistes a filmé les militants en train de danser derrière d'imposants haut-parleurs disposés sur le camion.

durée de la vidéo : 00h00mn19s
Des militants du syndicat Sud dansent à l'arrière de leur camion "musical". ©Laurent Beaumel - FTV

14h30 : ancienne cadre de santé partie à la retraite, Régine (à gauche sur la photo) témoigne dans le cortège de Montpellier : "je suis partie à 58 ans, j’ai pu partir pendant le Covid, je suis là par solidarité. On nous a menti sur la retraite à 1200 €, le pourcentage de ceux qui partent à 1200 € n’est pas calculé. Elizabeth Borne nous a trahi".

C’est une réforme qui n’est ni légitime, ni utile, ni nécessaire. On veut nous faire travailler plus longtemps mais pour gagner moins.

Régine, ancienne cadre de santé.

14h10 : la manifestation démarre à Montpellier. "La retraite avant l'arthrite", "Travail-Famine-Pâtes-Riz", "On veut pas mourir devant nos élèves", peut-on notamment lire sur les panneaux brandis par les manifestants.

14h00 : juste avant le départ de la manifestation à Montpellier, Sandra Martorel-Cutillas, membre de la commission exécutive CFDT Région-Occitanie prend la parole à son tour.

"C’est la sixième grande manifestation à Montpellier. Nous savons que nous avons raison et que la population est derrière nous".

Quelle imbécilité de rester sur ses positions alors que la réforme est rejetée majoritairement .

Sandra Martorel-Cutillas, CFDT.


"C’est quoi le progrès ? Partir plus tard à 64 ans ? Non ! Le progrès c’est l’égalité hommes-femmes. Plus de la moitié des femmes partent avec moins de 1000 euros par mois. Continuons à nous mobiliser et syndiquez-vous".

13h55 : Alex, employée dans le social dans une association de quartier témoigne au micro de Laurent Beaumel de France 3 Occitanie : "Je ne me fais pas d’illusion pour ma retraite. Si je suis là c’est pour mes parents qui ont des petites retraites et qui ont du mal à finir les mois. Et puis dans nos associations, nous avons un public fragile pour qui cette réforme est une injustice de plus".

13h45 : avant le départ de la manifestation à Montpellier, Serge Ragazzacci de la CGT prend la parole : "Le gouvernement Macron vient de sauter d’un immeuble de 50 étages, il n’entend rien. Mais le plus dur ce n’est pas la chute, ce sera l’atterrissage. Le gouvernement doit maintenant entendre que nous ne voulons pas travailler plus longtemps pour pas un euros de plus".

13h20 : les chiffres de la préfecture tombent pour le département du Gard. 2000 manifestants ont été comptabilisés à Bagnols-sur-Cèze et 5500 à Alès. Pour ces deux villes, la mobilisation est plus importante que lors des journées de février, mais moins importante que celles de janvier.

13h15 : à Montpellier, la manifestation débute à 14 heures. En attendant, les syndicats proposent aux premiers arrivés de patienter en musique et autour d'un barbecue.

12h10 : les premiers chiffres concernant la mobilisation commencent à tomber. A Perpignan, les syndicats annoncent 30 000 manifestants. La préfecture évoque 11 000 personnes rassemblées. Il s'agirait de la plus grosse manifestation depuis le début du mouvement.

12h05 : à Nîmes, le départ de la manifestation est prévu à 14h30. Des salariés du social et médico-social se mettent en place devant la maison carrée, comme l'a constaté Cindel Duquesnois, journaliste à France 3 Occitanie.

11h55 : dans la manifestation à Perpignan, une militante du syndicat FSU harangue la foule : "nous sommes déterminés à inverser le rapport de force et nous allons gagner".

durée de la vidéo : 00h00mn15s
Une militante de la FSU harangue la foule à Perpignan. ©Oli

11h20 : "Je trouve ça chouette que les politiques se lient avec la population pour la grève ». A Vauvert dans le Gard, un commerçant se félicite de la décision du maire de fermer les services publics en soutien aux opposants à la réforme des retraites.

durée de la vidéo : 00h00mn07s
A Vauvert dans le Gard, les services publics sont fermés ce mardi 7 mars en soutien aux opposants à la réforme des retraites. ©Elise Regaud - FTV.

10h55 : à Perpignan, la manifestation a débuté à 10h30 comme l'ont constaté les journalistes de France 3 Occitanie. "Augmentons les salaires, pas l'âge de départ à la retraite", peut-on notamment lire sur l'une des banderoles dans le cortège. Autre slogan écrit sur le tee-shirt d'un manifestant : "Qui sème la misère récolte la colère".

10h45 : dans l'Hérault, le syndicat Unité SGP-Police annonce une opération "zéro PV" pour cette journée de mobilisation contre la réforme des retraites. 

10h35 : à Vauvert, le maire a décidé de fermer la mairie et l'ensemble des services communaux ce mardi 7 mars pour soutenir les opposants à la réforme des retraites. Elise Regaud, journaliste à France 3 Occitanie est sur place.

10h30 : à Perpignan, la manifestation démarre depuis la place de Catalogne. "Faut pas dépasser les Bornes", peut-on notamment lire sur une pancarte dans le cortège, en référence à la Première ministre qui conduit la réforme des retraites. 

10h15 : attention, la circulation devrait être fortement perturbée dans le centre-ville de Nîmes cet après-midi, annonce la police du Gard sur son compte Twitter. Plusieurs axes routiers seront fermés à la circulation "le temps du passage du cortège". La police invite les automobilistes à éviter le secteur avenue Jean Jaurès, avenue de la République, boulevard des arènes et avenue Feuchères.

10h10 : plus de 300 manifestations sont prévues ce mardi dans toute la France. Voici les rassemblements prévus en Languedoc et en Roussillon.

Dans l'Hérault :

  • Béziers : 11 heures, au départ de la bourse du travail,
  • Sète : 10 heures 30 depuis la mairie,
  • Clermont l'Hérault : rendez-vous à 11 heures allée Salengro pour des grillades, discours et le départ du cortège,
  • Ganges : pique-nique revendicatif à midi devant l'hôtel de ville avant le défilé de 13 heures,
  • Montpellier : à midi place de l'Europe pour le rassemblement et les prises de parole, puis départ de la manifestation à 14 heures rives du Lez.

Dans le Gard :

  • Alès : 10 heures depuis la gare SNCF,
  • Uzès : coup d'envoi à 10 heures sur la place de la mairie,
  • Bagnols-sur-Cèze : rendez-vous à 10 heures 30 devant le monument aux morts,
  • Nîmes : 14 heures 30 au départ des Jardins de la Fontaine pour une manifestation annoncée comme "départementale".

Dans les Pyrénées-Orientales : à Perpignan, le départ de la manifestation est prévu à 10h30, place de Catalogne.

Dans l'Aude :

Même horaire pour les défilés de Carcassonne (square André Chénier) et Narbonne (devant le théâtre) : 14 heures 30.

En Lozère :

Les syndicats donnent rendez-vous aux manifestants à 10 heures 30 sur la place Urbain V à Mende. Un cortège qui sera suivi d'un pique-nique "revendicatif et festif" à 13 heures.

9h55 : à Montpellier, les lycéens bloquent également l'entrée du lycée Jules Guesde. "Non à la retraite à 64 ans", peut-on lire sur une affiche collée sur un mur de l'établissement.

9h25 : les sorties Perpignan-sud et Perpignan-nord sur l'autoroute A9 étaient toujours bloquées peu avant 9h30, comme l'ont constaté Chloé Fabre et Alain Sabatier, journalistes à France 3 Occitanie.

La société ASF, qui gère l'autoroute A9 invite les automobilistes à privilégier les sorties Leucate n°40 ou Le Boulou n°43.

La société ASF, qui gère l'autoroute A9 invite les automobilistes à privilégier les sorties Leucate n°40 ou Le Boulou n°43.

9h05 : à Montpellier, la FIDL, syndicat lycéen annonce le "blocage" de trois lycées. Les manifestants indiquent s'opposer à la réforme des retraites et au Service national universel que veut instaurer le gouvernement. Les trois établissements concernés sont les lycées Jules Guesde, Clémenceau et Joffre. Des journalistes de France 3 ont filmé le blocage partiel du lycée Joffre. Des lycéens, juchés sur des poubelles, bloquent l'entrée principale. Les élèves non grévistes peuvent entrer par une autre porte et les cours sont assurés.

8h30 : les premières actions ont débuté tôt ce mardi dans les Pyrénées-Orientales. Depuis 7h30, comme l'ont constaté les journalistes de France 3, des manifestants ont investi les deux ronds-points d'accès à l'autoroute A9 à Perpignan-sud et Rivesaltes. Leur ambition est de paralyser le péage frontalier du Perthus, emprunté chaque jour par près de 8000 poids lourds. Ensuite, les grévistes partiront défiler à Perpignan. Les manifestants se sont donnés rendez-vous à 10 heures 30 place de Catalogne.

Suite au blocage des sorties Perpignan-sud et Perpignan-Nord, la préfecture des Pyrénées-Orientales invite, sur son compte Twitter, les automobilistes à emprunter d'autre itinéraires.

L'intersyndicale a annoncé un "mardi noir" et une mobilisations massive contre la réforme des retraites.

Voici un rappel des perturbations annoncées.

Les transports 

Les trains : en Occitanie, la SNCF ne prévoit que 2 TER sur 5, la majeure partie de ces liaisons étant assurées par autocars. Un seul TGV INOUI et OUIGO sur 5 (mais 1 TGV province/province sur 10) également, mais aucun train pour les deux nuits à venir, ni Intercités, hormis des cars de substitution qui circuleront entre Toulouse et Hendaye.

Les bus et les tramways : à Montpellier, un mouvement de grève perturbe dès ce lundi le trafic des lignes de bus 23,24,25,26 de la TAM.

Les avions : la Direction générale de l'aviation civile a demandé aux compagnies de réduire leurs programmes de vols le mardi et le mercredi, de 20% à Paris-Charles-de-Gaulle et de 30% à Paris-Orly, Beauvais, Bordeaux, Lille, Lyon, Nantes, Marseille, Montpellier, Nice et Toulouse.

A l'école

Dans l'Hérault, le principal syndicat enseignant, le SNUIPP-FSU, annonçait hier lundi 91,60% de grévistes dans le premier degré.

A Montpellier, la mairie a publié la liste des écoles affectées par la grève. Voici les écoles et les cantines fermées : 

Les crèches et haltes-garderies suivantes seront totalement fermées :

Crèche Le petit prince de boutonnet
Crèche Agropolis
Crèche La Galineta
Halte Garderie Europa Assas
Halte Garderie Pitchot Nanet
Halte Garderie Les chats bottés
Crèche Louise  Guiraud
Crèche La Petite sirene
Halte Garderie Les Copains d'abord
Halte Garderie André Chamson
Crèche Francoise Dolto
Halte Garderie Les Copains d'abord
Halte Garderie André Chamson
Crèche Francoise Dolto
Halte Garderie La coupole
Crèche Pinocchio / Halte garderie l'ile au trésor
Crèche Les 7 nains
Crèche Cleonice Pouzin
Crèche Blanche neige
Halte Garderie Mary Poppin's
Crèche Edelweiss
Halte Garderie L'oustal dou caganis
Crèche Robin des bois
Halte Garderie Mowgli

En raison d'une réduction du personnel, certaines sections des crèches et haltes garderies suivantes seront partiellement fermées :

Crèche La Petite Sirène
Halte Garderie La maison des enfants
Jardin d'enfant les Boutons d'or
Crèche Antigone
Crèche A.Cambon
Crèche Thérèse Sentis

Ecoles totalement fermées :
 

Ecole maternelle ALBRECHT
Ecole maternelle CALLAS
Ecole maternelle FRANCE
Ecole maternelle  ROUSSEAU
Ecole maternelle GAMA
Ecole maternelle ELUARD

Ecole maternelle COCTEAU

Ecole maternelle DEROIN

Ecole maternelle CHAPLIN

Ecole maternelle DURUY

Ecole maternelle  PAGNOL

Ecole maternelle  BERGMAN

Ecole maternelle  LUTHER KING

Ecole élémentaire  SAVARY

Ecole élémentaire  BAZILLE

Ecole élémentaire  GAMBETTA

Ecole élémentaire  DIDEROT

Ecole élémentaire  MACE

Ecole élémentaire  MIRO

Ecole élémentaire  SEVIGNE

Ecole élémentaire  DAUBIE

Ecole élémentaire  FERRY

Ecole élémentaire  SIMON     

Ecole élémentaire COMBES

Ecole élémentaire CALMETTE

 

La restauration scolaire sera fermée sur les écoles suivantes :

 

Mosson,hauts de Massane, Malbosc

Ecole maternelle AUBIGNE       

Ecole maternelle  NERUDA               

Ecole maternelle  WOOLF

Ecole maternelle  AVERROES                     

Ecole maternelle  GANDHI             

Ecole maternelle  YOURCENAR   

Ecole maternelle  VAN GOGH         

Ecole maternelle  JOYCE                

Ecole maternelle  GROULT

Ecole élémentaire GALILEE                      

Ecole élémentaire HEIDELBERG                   

Ecole élémentaire KUROSAWA            

Ecole élémentaire GROULT

   
Hôpitaux Facultés, Plan des 4 seigneurs, Aiguelongue, centre, Cévennes

Ecole maternelle BON              

Ecole maternelle KIPLING            

Ecole maternelle BRES             

Ecole maternelle MICHELET              

Ecole maternelle GOETHE

Ecole maternelle TERESA                

Ecole maternelle LA FONTAINE

Ecole maternelle MOZART

Ecole élémentaire ARMSTRONG

Ecole élémentaire  DELTEIL         

Ecole élémentaire  LANGEVIN            

Ecole élémentaire  SPINOZA

Ecole élémentaire  VERNE                   

Ecole élémentaire  MORISOT                        

                                      

Pompignane, Port Marianne- Prés d’Arènes- Centre :

Ecole maternelle  HOSPITAL        

Ecole maternelle SIGNORET             

Ecole maternelle CHENGDU     

Ecole maternelle JAURES

Ecole maternelle FRANK                   

Ecole maternelle AUBRAC

Ecole maternelle FIGUIER

Ecole maternelle ARISTOTE                 

Ecole maternelle FLORIAN

Ecole maternelle PROKOFIEV           

Ecole élémentaire  CHENGDU               

Ecole élémentaire  JAURES               

Ecole élémentaire  PAINLEVE                

Ecole élémentaire  ZAY       

             

Croix d’Argent, Lemasson, Estanove, Figuerolles, Centre

Ecole maternelle BEETHOVEN

Ecole maternelle DESBORDES

Ecole maternelle DAUDET            

Ecole maternelle BOUCHER              

Ecole maternelle BOULANGER             

Ecole maternelle CHAPTAL              

Ecole maternelle DAU CLAPAS  

Ecole maternelle GARNIER         

Ecole maternelle PASTEUR              

Ecole élémentaire BEETHOVEN

Ecole élémentaire MOREAU

Ecole élémentaire CHURCHILL        

Ecole élémentaire GARIBALDI                    

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Occitanie
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité