• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Le maire du Boulou, Christian Olive, est décédé dans les Pyrénées-Orientales

Le maire du Boulou, Christian Olive, était âgé de 66 ans
Le maire du Boulou, Christian Olive, était âgé de 66 ans

Selon lindepenant.fr, le maire du Boulou est décédé samedi à l'âge de 66 ans. Christian Olive a succombé à un accident vasculaire cérébral. Victime d'un malaise dans la nuit de jeudi à vendredi, il avait été évacué par hélicoptère à l'hôpital de Montpellier.

Par Isabelle Bris

Christian Olive, le maire du Boulou n'est plus. Victime d'un AVC, il avait été transporté par hélicoptère dans la nuit de jeudi à vendredi au centre hospitalier de Montpellier, où il s'est éteint samedi matin. La nouvelle de ce décès soudain a suscité une grande émotion auprès des Boulounencs, qui louaient en chœur un édile accessible et enthousiaste.

Un homme qui, bien qu'ayant siégé dans l'opposition, a finalement attendu la fin de sa carrière de contrôleur divisionnaire des Douanes pour "faire le choix de se mettre à la disposition de 'sa' commune, bien qu'il soit originaire de Perpignan", expliquait samedi Robert Garrabé, le conseiller général du canton qui siégeait également aux côtés de Christian Olive au sein de la communauté de communes du Vallespir.

"C'était avant tout un humaniste"

En 2008, Christian Olive, à la tête d'une liste divers-gauche, revêt pour la première fois l'écharpe tricolore et n'aura de cesse dès lors d'assurer sa mission de premier magistrat avec passion et avec toujours plus d'assurance au fil du temps. Ceux qui l'ont côtoyé évoquent "un homme très sympathique et accessible", "qui aimait ce qu'il faisait à la mairie, tout en ayant l'impression de découvrir, grâce à cette fonction, quelque chose de nouveau et de passionnant".

"C'était avant tout un humaniste, reprend Robert Garrabé. Un homme de grande qualité et d'une grande honnêteté intellectuelle et morale, qui ne pratiquait pas le sectarisme. Il s'investissait énormément pour le Boulou, une ville pour laquelle il avait de grandes ambitions".

"Un gars sensationnel"

Un investissement reconnu par les habitants qui avait valu à Christian Olive de dépasser le clivage droite-gauche et d'être réélu dès le premier tour en mars dernier, dans une commune qui votait ordinairement plutôt à droite. "Je perds un ami et le club un supporter de toujours. Nous sommes dans la peine la plus totale". C'est submergé par l'émotion qu'Armand Lafuente, président du Boulou sportif XV, évoque la mémoire de son ami : "Le rugby était sa passion. Il était toujours derrière nous. C'était un gars sensationnel, un passionné. On lui doit beaucoup, il nous a amenés énormément".

Lui-même ancien 3e ligne, Christian Olive aimait à filer la métaphore collective, déclarant dans une interview accordée à L'Indépendant au lendemain de sa deuxième élection : "On ne peut rien faire seul". Son équipe, profondément meurtrie, se préparait à soutenir la famille de Christian Olive, ses enfants et ses petits-enfants, en attendant de pouvoir lui rendre hommage. "Parce qu'il le mérite, confiait, bouleversée, sa première adjointe, Nicole Villard. C'était un rassembleur, une personne tellement humaine… C'est tout simplement terrible". 

Les obsèques religieuses auront lieu le mercredi 8 octobre à 10h30 en l'église Sainte-Marie du Boulou.

Sur le même sujet

De la source du Danube au Grau-du-Roi en kayak : une aventure de plus de 7 000 km

Les + Lus