"Blabl..aphasie" soigne les troubles de la parole

Publié le
Écrit par Armelle Goyon

Bruce Willis arrête sa carrière au cinéma. car il souffre de troubles de la parole ce que l'on appelle l'aphasie. Dans les Pyrénées-Orientales, l'association "Blabl...aphasie" apporte une aide aux victimes de ce trouble.

L'aphasie est une perte partielle ou complète de la capacité à s'exprimer ou comprendre le langage écrit et parlé. Elle provient de la lésion des aires du cerveau qui contrôlent le langage. Les personnes peuvent avoir des difficultés à lire, écrire, parler, comprendre ou répéter une langue.

Le 3 aout 2018, Jean-Louis Pons est victime d'un accident vasculaire cérébral et ce jour là sa vie bascule.

" Je ne parlais pas du tout, je ne marchais pas. Ma main droite ne fonctionnait pas du tout et maintenant c'est ma main gauche qui ne fonctionne  pas du tout. Et donc, il faut que ma femme m'aide pour beaucoup de choses, " confie difficilement Jean-Louis Pons, garagiste à la retraite.  

 " Au départ, je ne le comprenais pas, il ne parlait pas. C'était très difficile, le caractère s'en ressent obligatoirement, c'est tout à fait humain ! C'est très difficile de se retrouver comme un enfant, de ne plus être capable de faire quoique ce soit , "  renchérit Hélène Pons, l'épouse de Jean-Louis.

" Il faut se sentir aimé " 

Deux fois par semaine, le couple se rend chez l'orthophoniste pour que Jean-Louis soigne son aphasie. Ce trouble de la parole qu'il arrive à maîtriser grâce à des exercices. 

" Avec Mr Pons, ,nous avons travaillé sa difficulté à trouver ses mots et actuellement le travail s'oriente plus vers les troubles des vocations," explique Sandie Grimmonprez, orthophoniste.

Et Jean-Louis a beaucoup progressé : " Il faut avoir une osmose avec l'orthophoniste, il faut se sentir à l'aise, il faut se sentir respecté et quelque part aimé,"

Etre entouré 

Et surtout ne pas se sentir isolé. Aussi chaque lundi, Jean-Louis et Hélène rejoignent une chorale. Celle de l'association  "Blabl... Aphasie ". Un atelier de chant qui vient compléter la rééducation.

" La difficulté pour une personne aphasique, c'est soit de trouver le mot qui manque soit de construire la phrase. Il faut les mots dans l'ordre et dans le chant il y a cette construction, il y a un langage automatique qui peut venir naturellement ," détaille Caroline Barboteu de l' association " Blabl...Aphasie ".

" Hormis nos accompagnants, on est solitaire. Alors que là, ce sont des gens que l'on aurai pas connus si on n'avait pas eu la même maladie. On peut échanger, on se comprend plus facilement, " conclut Jean-Louis.  

Soutenue par le Conseil Départemental, la jeune 'association " Blabl....Aphasie 66 "
accueille de plus en plus de personnes handicapées de la parole. En France on estime à 300 000 le nombre de personnes qui souffrent d'aphasie.