Canet-en-Roussillon : les trottinettes électriques sont désormais interdites la nuit

Après une première limitation d'usages et interdiction pendant l'été 2019, cette station balnéaire des Pyrénées-Orientales va plus loin : elle interdit l'usage des trottinettes électriques notamment la nuit pour limiter les nuisances et les risques d'accident pour cet été.

La commune de Canet-en-Roussillon avait déjà interdit la pratique des trottinettes électriques sur son front de mer et les parkings publics l’été dernier, entre le 15 juin et le 15 septembre 2019. Il faut dire qu’avec une population quadruplant largement en période estivale, pour atteindre les près de 80 000 résidents en moyenne, les risques d’accident s’en trouvaient multipliés. Sans compter les nuisances sonores.

Depuis, la loi votée par l’Assemblée Nationale interdit ces trottinettes sur les trottoirs et dans certains espaces publics, impose le port du casque et certaines autres règles d’utilisation sur l’ensemble du territoire national.

Interdites de nuit 

Mais Canet-en-Roussillon va plus loin. Déjà l’arrêté d’interdiction de l’été 2019 a été étendu à tous les espaces piétonniers de la commune , au-delà des seules promenades du bord de mer. Et pour cet été, c’est carrément la pratique de la trottinette de 21h à 6h du matin qui est prohibée. 

Cet été 2020 particulier va-t-il attirer autant de touristes après le confinement du printemps ? Il n’ en demeure pas moins que depuis le 11 mai, le déconfinement a vu la pratique de la trottinette électrique être survoltée :

Beaucoup de jeunes ne sont plus scolarisés et se retrouvent le soir pour en faire. Or certains roulent sans casque, sans lumière, vite…C’est un danger pour eux, mais aussi pour les piétons, les autres usagers du domaine public.

Audrey Andonegui, Service communication Ville de Canet-en-Roussillon

Sans compter aussi les adultes ravis de pouvoir à nouveau s'aérer et pratiquer après 2 mois de confinement sans sortie sportive.

Dans tous les cas, la police municipale va veiller au grain. Les contrevenants risquent une amende de 135 euros.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
circulation économie transports sécurité routière société sécurité