Coronavirus : début de mutinerie et intervention de la police au centre pénitentiaire de Perpignan

La prison de Perpignan, dans les Pyrénées-Orientales - archives / © Michel Clementz / Maxppp
La prison de Perpignan, dans les Pyrénées-Orientales - archives / © Michel Clementz / Maxppp

L'action des détenus a duré 2 heures à la prison de Perpignan. 2 heures pendant lesquelles une centaine de prisonniers ont refusé de regagner leurs cellules après la promenade. Ils entendaient ainsi protester notamment contre l'annulation des parloirs à cause des mesures de confinement du Covid-19.

Par Fabrice Dubault


Ce mardi après-midi, vers 15h30, une centaine de détenus en promenade dans la cour de la prison de Perpignan n’a pas voulu rentrer pour regagner les cellules. Les prisonniers voulaient montrer leur mécontentement car ils n’ont pas eu droit aux parloirs. Tous ont été annulés pour cause de coronavirus.

Ce début de mutinerie a duré 2 heures.

Tout est rentré dans l’ordre en début de soirée, après l’intervention des forces de l’ordre, des ERIS, les Équipes régionales d'intervention et de sécurité de l'administration pénitentiaire. Les prisonniers ne comprennent pas toujours les mesures de protection prises pour eux, leurs familles et le personnel.

Les revendications porteraient également sur les cantines où ils peuvent s’approvisionner en denrées alimentaires et produits d’hygiène mais dans le contexte actuel, ces moments de leur vie quotidienne sont suspendus. D’où leur colère.
 

Sur le même sujet

Les + Lus