Covid 19 : l’hôpital de Perpignan interdit les visites aux malades, la famille de Cécile se rassemble sous sa fenêtre

En raison de l’épidémie de Covid 19, le centre hospitalier de Perpignan a décidé d'interdire les visites aux malades dont fait partie Cécile, atteinte d’un cancer. Depuis plusieurs jours, sa famille et ses amis la soutiennent à distance en se rassemblant juste en dessous de sa fenêtre.

Rendre visite à leur proche à l'hôpital de Perpignan n'est plus possible. Pas de quoi décourager Agathe et sa fille qui soutiennent Cécile malgré tout.
Rendre visite à leur proche à l'hôpital de Perpignan n'est plus possible. Pas de quoi décourager Agathe et sa fille qui soutiennent Cécile malgré tout. © P. Georget / FTV.

Depuis le 21 janvier, l’hôpital de Perpignan interdit les visites aux malades, en raison de la progression de l’épidémie dans les Pyrénées-Orientales. Pour la famille de Cécile Ravez, hospitalisée depuis le 11 janvier, la situation est difficile à vivre.

En effet, Cécile Ravez atteinte d’un cancer, vient de subir une lourde opération. Elle ne peut, pour le moment, plus parler. Il ne reste qu’à cette famille les messages et quelques gestes, à travers les fenêtres de l’hôpital. "On l’aperçoit au loin, on sait qu’elle nous voit" confie Michel Ravez, son époux. Et surtout, Cécile les entend lorsque Michel joue de la trompe de chasse !

Garder le lien et le moral

Leur fille Agathe, ainsi que leur petite-fille et des amis sont également présents, avec une banderole où l’on peut lire "on est là". Agathe n’a pas revu sa mère depuis plusieurs jours. "C’est dur pour moi mais c’est surtout difficile pour elle" confie-t-elle à France 3 Occitanie. "Ma maman a besoin de soutien et de notre présence. Elle est accompagnée par le personnel médical, ils sont adorables avec elle, mais avoir sa famille près d’elle lui remonterait vraiment le moral" ajoute Agathe.

Elle est enfermée dans une pièce et dans sa tête puisqu’elle ne peut pas parler.

Agathe ne comprend pas que les autorisations de visites sous protocole restent exclues : "des mesures peuvent être prises pour ne pas la mettre en danger, j’accepte d’être testée pour y aller !"

J’ai même proposé de rester avec elle 24h/24 pour la soutenir et soulager l’équipe médicale.

"Je suis prête à faire plein de concessions comme tous les enfants qui ont des parents hospitalisés" ajoute Agathe, qui souhaite plus que tout garder le lien avec sa mère, jusqu’à sa sortie de l’hôpital de Perpignan.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société famille