Deux ans après le drame de Millas, la ligne SNCF va rouvrir le 6 avril entre Perpignan et Ille-sur-Têt

Deux ans après le drame de Millas, qui a coûté la vie à 6 collégiens, le passage à niveau N°25 et la ligne SNCF entre Perpignan et Ille-sur-Têt devraient rouvrir le 6 avril prochain. La ligne et le passage à niveau avaient été fermés le temps de l’enquête et des expertises techniques.

Le car scolaire est entré en collision avec un TER à Millas le 14 décembre 2017, provoquant la mort de six collégiens.
Le car scolaire est entré en collision avec un TER à Millas le 14 décembre 2017, provoquant la mort de six collégiens. © COR / AFP Photo

Une mise en service le 6 avril prochain



La réouverture est prévue pour le 6 avril prochain, date des vacances de Pâques. La ligne, qui à la base reliait Perpignan à Villefranche-de-Conflent en passant par Millas ne circulait plus depuis le 14 décembre 2017. Le jour où un TER et un bus scolaire sont entrés en collision au passage à niveau numéro 25 à Millas, ôtant la vie à six collégiens.
 


Sa remise en service est donc prévue pour le 6 avril, assure Jean-Luc Gibelin, vice-président en charge des transports de la région Occitanie.

"Seulement la portion entre Perpignan et Ille-sur-Têt, car après la ligne a subit récemment les dégâts de la tempête Gloria. On devait rouvrir jusqu’à Prades mais pour l’instant nous n’avons pas eu l’autorisation ni de la SNCF, ni de l’Etat. En ce qui concerne Millas des travaux vont être réalisés pour sécuriser le passage à niveau."

Officiellement la région a reçu l’autorisation de remettre en service cette ligne en novembre dernier, mais des travaux doivent encore être réalisés pour sécuriser le passage à niveau.
 


Faciliter le franchissement du passage à niveau


Il faut encore remonter le voyant lumineux pour qu’il soit visible pour les bus et les camions aussi, rehausser le tremplin afin que les bus et les camions n’arrivent plus sur le passage à niveau après un angle droit pour leur permettre d’avoir une meilleure visibilité. Et enfin, changer les horaires pour que les bus et les trains ne passent plus au même moment. 
 

On le redoutait pas, on savait que ça allait arriver, c’était inévitable bien sûre. Maintenant il faut que cette mise en service se fasse de façon sécurisée. C’est ce qu’on nous a promis donc je ne vois pas pourquoi ça ne se ferait pas. Les travaux sont en train de se faire.
- Fabien Bourgeonnier, père de Loïc et président de l'association "A la mémoire de nos anges".

 
La région a déjà organisé des réunions pour discuter et rassurer les usagers et les associations de Millas de la mise en sécurité du passage à niveau. D'autres réunions sont prévues.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
accident bus millas faits divers sncf économie transports routes sécurité société sécurité routière ter transports en commun trains régionaux