• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Disparues de la gare de Perpignan : Rançon mis en examen pour l'assassinat de Marie-Hélène Gonzales

Perpignan - Jacques Rançon, dissimulé sous un pull, part du SRPJ pour le palais de justice où il va être mis en examen pour assassinat sur Marie-Hélène Gonzales - 10 juin 2015. / © maxppp
Perpignan - Jacques Rançon, dissimulé sous un pull, part du SRPJ pour le palais de justice où il va être mis en examen pour assassinat sur Marie-Hélène Gonzales - 10 juin 2015. / © maxppp

Jacques Rançon, déjà poursuivi pour l'assassinat de Mokhtaria Chaïb en 1997, a été mis en examen mercredi, pour celui d'une autre "disparue de la gare de Perpignan", Marie-Hélène Gonzales, a-t-on appris de source proche du dossier.

Par Fabrice Dubault


Le cariste-magasinier de 54 ans a été mis en examen à Perpignan pour "assassinat et viol aggravé avec préméditation en récidive" en 1998, a-t-on précisé de même source. L'homme a par la suite été reconduit à la maison d'arrêt de Béziers, dans l'Hérault, où il est en détention, depuis octobre 2014.

Nous en sommes sûrs au bout de 18 ans, la police judiciaire a identifié et neutralisé le tueur de la gare de Perpignan". Jean-Damien Moustier, directeur de la PJ locale, ne cachait pas sa satisfaction en annonçant mercredi, la fin probable d'une enquête laborieuse.


"On tient du solide avec des aveux et des circonstances que seul l'auteur peut connaître", a-t-il déclaré en conférence de presse.

"Par respect" pour la famille et le secret de l'instruction, le procureur de la République de Perpignan, Achille Kiriakidès, a refusé de donner plus de détails sur les circonstances horribles du crime, ajoutant seulement dans un bref communiqué lu à la presse que Jacques Rançon a pris en stop la jeune fille et, "pour tenter de dissimuler son crime, a mutilé son corps".

"C'est un résultat quasi inespéré. C'est exceptionnel pour un dossier hors normes", a ajouté le commissaire Moustier, évoquant une "journée historique" pour son service.

Conférence de presse d'Achille Kiriakides - Procureur de la République de Perpignan
Images F3 LR

Jacques Rançon est par ailleurs poursuivi pour une "tentative d'assassinat" en 1998. Une jeune femme alors âgée de 19 ans, également à Perpignan, avait reçu plusieurs coups de couteau au ventre, manquant de peu d'être égorgée avant de réussir à lui échapper.

Une troisième jeune femme, Tatiana Andujar, une lycéenne de 17 ans, avait été la première à disparaître dans le quartier, le 24 septembre 1995. Elle n'a jamais été retrouvée. Jacques Rançon était en prison à ce moment-là, pour viol déjà, et il ne pouvait pas bénéficier de permission de sortie, selon son avocat, Xavier Capelet.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les “gilets jaunes” d’Alès ont de nouveau investi la rocade

Les + Lus