Drogue : les policiers espagnols stoppent une flotte de "narcolanchas" qui opéraient entre le Maroc et la Catalogne

Les trafiquants avaient construit clandestinement ces vedettes semi-rigides aux moteurs surpuissants pour transporter la drogue depuis les côtes d'Afrique du Nord. Les Mossos d'Esquadra et la Guardia Civil ont pu intercepter des chargements de plusieurs tonnes de haschich à Tossa de Mar et Almeria, et mettre fin au trafic.

On l'apprend dans un communiqué officiel ce samedi 25 mars 2023. Les policiers catalans et la Guardia Civil ont démantelé un réseau très organisé qui avait construit toute une flotte de "narcolanchas", des "bateaux de drogue" à grande vitesse, pour introduire du haschisch en Catalogne depuis le Maroc. 13 personnes ont été interpellées dont six ont été placées en détention provisoire.

Deux enquêtes qui se rejoignent

Il y a près d'un an, les Mossos d'Esquadra et les agents de la Guardia Civil se sont aperçus qu'ils ciblaient le même groupe criminel. Et ils ont joint leurs efforts. En février dernier, grâce à un renseignement, ils ont pu intercepter un chargement de près de deux tonnes de haschich à Tossa de Mar, transporté par une "narcolancha".

Les trafiquants ont réussi à prendre la fuite mais les enquêteurs ont appris que le réseau aurait utilisé des bateaux pour d'autres débarquements, comme celui qui a eu lieu sur la côte d'Almeria début mars. La Guadria Civil a saisi encore près de deux tonnes de haschich et arrêté sept personnes.

Blanchiment d'argent

En remontant le fil, les policiers ont aussi découvert que l'organisation blanchissait l'argent de la drogue via tout un réseau commercial dont l'activité était fictive. Jusqu'à sept entreprises ont été localisées en Catalogne et les enquêteurs estiment qu'elles auraient pu servir à blanchir plus de 2,1 millions d'euros. Ces sociétés servaient également au financement des activités de l'organisation et à justifier notamment les achats liés à la construction des bateaux du réseau.

Une flotte de "narcolanchas"

Car c'est l'une de ces entreprises, installée sur le port de plaisance de Mataró, qui a été utilisée pour commander toutes les pièces pour construire leur flotte, sans attirer l'attention, auprès de différents fournisseurs situés à Pontevedra, Malaga ou Cadix, mais aussi dans d'autres pays européens.

Ces bateaux semi-rigides d'environ huit à dix mètres de long, étaient ensuite assemblés clandestinement dans trois ateliers discrets à Rubí, Salt et Tarragone. Equipés de trois à quatre moteurs de grosse cylindrée, ils pouvaient embarquer à chaque traversée près de deux tonnes de haschisch.

Coup de filet

Forts de toutes ces preuves, les policiers ont décidé de passer à l'action. Le 14 mars dernier, ils ont effectué onze interventions simultanées à  Rubí, Cerdanyola del Vallès, Canovelles, Terrassa, Cabrils, Sant Adrià Besòs, Barcelone et Sant Boi de Llobregat. Le lendemain, d'autres opérations ont été menées à Pontevedra, Cadix et Malaga. Lors des perquisitions, six nouvelles personnes ont été interpellées. Les enquêteurs ont mis la main sur environ 80 000 euros en espèces, deux véhicules, un semi-remorque et une multitude de documents liés aux entreprises de l'organisation.

Juste à temps. L'organisation avait déjà affrété cinq autres "narcolanchas". Des bateaux parés au départ pour acheminer d'importantes quantités de résine de cannabis vers Mataró, Rubí, Amposta et Cartagena.

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Occitanie
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité