Encore 3 mois d'Etat d'urgence, le ras le bol des policiers dans les Pyrénées-Orientales

© FR 3 LR
© FR 3 LR

9 mois que les policiers sont en alerte. Les effectifs professionnels ont besoin de renfort. Le gouvernement, représenté ici par le préfet des Pyrénées-Orientales, en dit plus sur la réserve opérationnelle. 

Par Cathy Dogon

L'Etat d'urgence devait prendre fin ce 26 juillet, mais l'attentat de Nice a induit une prolongation de la vigilance. Les policiers sont à nouveau envoyés sur le front, comme à Nîmes, où le dispositif autour des arènes a été renforcé

Si la décision est de mise pour la sécurité, les effectifs eux s'épuisent. Les forces de l'ordre sont très solicitées depuis 9 mois, avec des RTT et des congés suspendus. Un ras le bol se fait alors entendre du côté des syndicats : 

► Un reportage d'Alain Sabatier et Jean-François Puakavase


Ras-le-bol des policiers : le préfet des Pyrénées Orientales évoque la réserve opérationnelle
Philippe Vignes, préfet des Pyrénées-Orientales, devrait donner plus d'informations sur la mise en place de la réserve opérationnelle. Elle vise à soulager les troupes des forces de l'ordre.  - FR 3 LR  - Alain Sabatier et Jean-Fraçois Puakavasé

Pour alléger la charge de travail des policiers, des CRS et des militaires, le gouvernement a fait savoir suite à l'attentat de Nice qu'il comptait sur des volontaires. La réserve opérationnelle est mise en place.
Des informations sur les effectifs rendus disponibles, notamment pour le Languedoc-Roussillon, seront divulguées dans la journée. 

Sur le même sujet

ITW de Valérie Orsaz Soeur de Christophe Orsaz

Près de chez vous

Les + Lus