Exclusif : le témoignage de la mère du meurtrier présumé de la jeune Priscillia à Estagel

Deux mois après l'arrestation d'un jeune de 18 ans à Estagel et sa mise en examen pour le meurtre de Priscilla. Cette jeune fille retrouvée morte dans le cimetière du village en juillet dernier. La mère du meutrier présumé a souhaité s'exprimer. Elle a quitté le village où elle vivait depuis 3 ans.

Meurtre de Prescillia dans le cimetière d'Estagel : la jeune femme de 18 ans a été agressée et est morte asphyxiée - 7 juillet 2019.
Meurtre de Prescillia dans le cimetière d'Estagel : la jeune femme de 18 ans a été agressée et est morte asphyxiée - 7 juillet 2019. © maxppp GOT OLIVIER
Derniers cartons, derniers jours à Estagel que Véronique s'apprête à quitter définitivement.
Un déménagement qui s'apparente à une fuite.

Depuis l'arrestation de son fils mis en examen pour le meurtre de la jeune Priscillia,Véronique et sa famille ont dû s'éloigner du village, suite à des menaces de représailles.

Entendue avec son autre fils en garde à vue, ils ont été mis hors de cause quant à une éventuelle complicité avec le meurtrier présumé.
Véronique, la mère du meurtrier présumé de la jeune Priscillia, a dû déménager d'Estagel suite à des menaces
Véronique, la mère du meurtrier présumé de la jeune Priscillia, a dû déménager d'Estagel suite à des menaces © PH. Georget / FTV

Bouleversée par le drame, elle est aussi la mère déchirée d'un meutrier présumé et a le sentiment de devoir payer elle aussi.

J’aurais dénoncé mon fils plutôt que de cacher ça. Car si c’est lui qui l’a tué c’est normal qu’il paie

"On paie pour quelque chose que l’on n’a pas fait, mon fils aîné et moi-même et on est pas coupables. On ne sait pas ce qui s’est passé exactement. C’est tout ce qui a été dit, des bruits de couloir. Je n’ai pas participé à un meurtre. Je ne le cautionne pas. Je n’ai rien caché, si je l‘avais su, je l’aurais dit moi-même. J’aurais dénoncé mon fils plutôt que de cacher ça. Car si c’est lui qui l’a tué c’est normal qu’il paie".

C’est son fils, elle a engendré un monstre, c’est normal qu’elle paie !

 
"Ici j’ai entendu les gens dire « c’est son fils, elle a engendré un monstre, c’est normal qu’elle paie. Je n’ai pas à payer pour une connerie de mon fils et dont je ne suis pas sûre que ce soit lui à 100 %".

Malgré les aveux, Véronique a encore du mal à croire que son plus jeune enfant puisse être un meutrier. Elle sait aussi qu'elle doit désormais repartir à zéro, loin d'Estagel, hébergée un temps chez sa fille.

Pour moi, ils n’ont pas assez de preuves, juste un ADN et ses aveux
 

"Il y a des gens qui ont fait 10 à 12 ans de prison pour des choses qu’ils n’ont pas faites. Si c’est lui, il faut qu’il paie mais s’il n’y a pas assez de preuves pour l’inculper, il doit ressortir de prisonPour moi, ils n’ont pas assez de preuves, juste un ADN et ses aveux. Mais je pense qu’ils l’ont poussé à avouer car c’est quelqu’un de manipulable". 
 


En cette période de l'année, elle pense particulièrement à la famille de Priscilla.

"C'était une jeune femme inoffensive et je ne comprends pas qu’elle ait été tuée comme ça sans raison".Je comprends la douleur de la mère de la victime. 

 

Rester debout

Sans emploi, sans revenu, Véronique compte bien rester debout. Elle doute encore de la culpabilité de son fils, mais elle sera là pour lui quoi qu'il arrive.

"Pour l’instant, je fais tout ce que je peux pour sortir mon fils et comme j’ai d’autres enfants, je ne peux pas me permettre de baisser les bras".

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers témoignage société