"Mémoire du camp d'Argelès sur le sable", c'est le titre de cette exposition de 50 clichés qui retracent une partie de l'exil des républicains espagnols. 300 collégiens espagnols ont passé la frontière jusqu'aux Pyrénées-Orientales pour mieux comprendre ce tragique évènement historique, connu sous le nom de "Retirada".

2024 est une année symbolique pour la ville d’Argelès-sur-Mer et le Mémorial du camp : elle marque les 85 ans de l’exil républicain espagnol et de la création du camp d’Argelès. 

Sur la plage nord, une exposition rassemblant 50 photos a été implantée sur le sable : des clichés d'époque qui montrent la vie du camp, sur le lieu même où il fut installé en février 1939.

300 jeunes collégiens espagnols de l’Alt Emporda sont venus à Argelès, accompagnés de leurs professeurs pour découvrir cet épisode de leur histoire. Les conditions de vie dans des camps de fortune étaient méconnues pour certains.

"Être ici, c’est émouvant"

"Moi, je ne savais presque rien sur ce sujet et au collège, on a lu un livre qui explique cette histoire. Être ici, à l’endroit même, c’est émouvant. C’était dur pour eux et on réalise mieux", raconte Ivet, une collégienne de 15 ans.

Ce sont de nos ancêtres. Sans eux, on aurait pas de démocratie. Il ne faut pas les oublier car ce sont des vies perdues très importantes pour notre pays.

Bruno, 15 ans, élève au collège de Llançà

Venir sur place pour se rendre compte

Pour enseignants, il était important de venir sur ce lieu de mémoire afin que les élèves puissent mieux comprendre ce qu'ont vécu les républicains espagnols en exil : "Ils connaissent vraiment dans quelles conditions ils ont vécu lors de ces évènements vraiment tragiques pour l’histoire de l’Espagne, explique Xavier Melero, professeur au collège de Llança.

"Cela permet d’établir des liens entre cette histoire et l’histoire actuelle : ils peuvent avoir des éléments par rapport à ce qui se passe en Palestine par exemple, et lutter contre cette sorte d’injustice qui se développe encore aujourd’hui."

Depuis 25 ans, la mairie d’Argelès et l’association des Fils et Filles de Républicains Espagnols et Enfants de l’Exode travaillent de concert. Le fruit de leur travail : une mise en valeur de ces archives photo, souvent dures, parfois plus légères  :

"Il y a une photo qui montre des gens qui jouaient aux échecs. C’était des combattants qui ont commencé à résister dans le camp, à s’organiser, à transmettre la culture, à s’entraider. Il y avait aussi de la solidarité et on le voit à travers cette exposition", affirme Jacqueline Payrot, présidente de l'association FFREEE.

A Argelès jusqu'au 22 avril

Le camp d’Argelès-sur-Mer sera démantelé en 1942, après avoir concentré pendant quatre ans, près de 170 000 hommes, femmes et enfants.

Leur histoire est à découvrir dans cette exposition jusqu’au 22 avril 2024, sur la plage nord de cette commune catalane.