Homicide, enlèvement, trafic de drogue, coups et blessures, extorsion : les policiers catalans arrêtent 25 supporters ultras du FC Barcelone

Après neuf mois d'enquête, les Mossos d'Esquadra ont interpellé 25 membres des Casuals, la faction la plus violente des Boixos Nois. Des armes à feu et des armes blanches ont été saisies lors des perquisitions. Ces supporters radicaux du Barça sont poursuivis pour de nombreux crimes et délits, notamment pour homicide, enlèvement, trafic de drogue, extorsion, coups et blessures.

L'opération fait grand bruit ce vendredi 9 juin 2023 à Barcelone. Lors d'une vaste opération qui a notamment mobilisé la brigade d'intervention, des moyens aériens et la brigade canine, les Mossos d'Esquadra ont interpellé 25 membres des Casuals, la faction la plus violente des Boixos Nois, les supporters radicaux du FC Barcelone, apprend-t-on dans un communiqué de la police autonome catalane.

17 interventions et perquisitions simultanées ont été lancées à Barcelone et dans de nombreuses villes voisines. Cinq armes à feu, plusieurs armes blanches (couteaux, katanas, machettes), d'autres armes prohibées et des gilets pare-balles ont été confisqués. Une vidéo réalisée par les Mossos a été publiée par le quotidien El País.

Les policiers ont également mis la main sur d'importants stocks de stupéfiants et anabolisants. Deux plantations intérieures d'environ 300 plants de cannabis chacune ont été démantelées dans deux maisons. Environ 180 000 euros en espèces, des montres haut de gamme et des véhicules volés et divers appareils électroniques ont également été saisis.

Unité d'enquête spécialisée

L'enquête a débuté après une violente rixe dans un bar de Cornellà de Llobregat fréquenté par des Ultras de l'Espanyol, le club rival du FC Barcelone, en novembre dernier, qui avait fait plusieurs blessés.

Six suspects avaient alors pu être identifiés. Tous les six faisaient partie des Causals, la faction la plus violente des Boixos Nois. Les premières recherches ont très vite montré qu'ils étaient aussi impliqués dans des actes criminels beaucoup plus graves encore.

Une équipe d'enquête spécialisée a été constituée dans le cadre de cette affaire baptisée "hydra". Les investigations ont permis de découvrir l'existence d'uen véritable organisation criminelle et de prouver la participation de ces supporters à de nombreux crimes et délits : homicide, enlèvement, culture et trafic de marijuana, menaces, extorsion, coups et blessures.

Parmi les personnes arrêtées figurent certains des dirigeants et lieutenants des Casuals. Selon la presse locale, les policiers auraient notamment appréhendé Francisco Pérez Paco, dit "el Gordo", l'un des leaders des Boixos Nois qui avait menacé des ultras de l’Espanyol, après l’invasion du terrain lors du derby entre les deux clubs de football barcelonais.

Tous ont été transférés dans différents commissariats de police et placés en garde à vue. L'enquête reste ouverte indiquent les Mossos et de nouvelles arrestations ne sont pas exclues.

"Les garçons fous"

Depuis leur création en 1981, les Boixos Nois ("les garçons fous", en catalan) n'ont jamais aussi bien porté leur nom. Ces supporters radicaux, non reconnus par la direction du FC Barcelone, ont été impliqués dans de nombreuses bagarres à travers toute l'Espagne ces dernières années, malgré l'étroite surveillance des Mossos.

Au tout début des années 90, cinq de leurs membres ont été condamnés pour le meurtre de Frédéric Rouquier, l’un des leaders des Brigadas Blanquiazules, groupe ultra du rival barcelonais de l’Espanyol.

Joan Laporta, président du FC Barcelone de 2003 à 2010, les avait évincés du Camp Nou. Il avait dû passer son mandat sous protection policière. On ignore leur nombre actuel mais ils comptent plus de 30 000 abonnés sur les réseaux sociaux.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité