Il domine la plaine du Roussillon. Le Canigou culmine à 2784 mètres. Dernier sommet des Pyrénées avant la Méditerranée. Par temps clair on l’aperçoit depuis l’Ariège, la Catalogne sud… depuis Barcelone et même Marseille.
Son sommet reste parfois enneigé jusqu'au début de l'été lui donnant des allures de mont Fujiyama.
Depuis toujours, le Canigou est un amer pour les marins mais également un point de repère pour tous les habitants des Pyrénées-Orientales.
Des milliers de touristes se lancent chaque année à l'assaut de ses pentes. Mais le Canigou est bien plus qu'un espace de loisirs et de randonnée.
Nous allons vous raconter cette terre de tradition, d’histoire, ce patrimoine naturel exceptionnel.

Le sommet catalan en grand

 

Un pic à conquérir, un massif à découvrir

Chaque année 20 000 personnes venues des deux côtés de la frontière se lancent dans l'ascension du Canigou. Au sommet, une vue imprenable sur toute la plaine du Roussillon jusqu'au bleu de la Méditerranée. La randonnée reste accessible sans mise en jambe particulière. Deux accès mènent au pic du Canigou. L'un, par le refuge des Cortalets, compter 3h30 aller/retour. L'autre, par le refuge de Mariailles compter alors 8 heures de marche. Mais attention, cette ascension reste une randonnée de montagne et peut s'avérer périlleuse selon la météo... même au printemps.

L'Ascension du Canigou
Suivi de deux randonneurs sur le massif du Canigou. - France 3 Pays catalan - Céline Llambrich Frédéric Savineau

 

En 1932 atteindre Saint-Martin du Canigou par la route était une aventure

Formidable ascension en automobile en 1932
L'ascension vers St Martin du Canigou en automobile en 1932 - INA

 

Le "Canigó" dans la cour des grands

Depuis 2012, le massif du Canigou est estampillé Grand site de France. Il a ainsi rejoint le cercle de 15 sites remarquables comme la Camargue, Saint-Guilhem-le-Désert dans notre région ou bien plus loin la pointe du Raz et la Baie de Somme.
Le label Grand site est une reconnaissance. La reconnaissance d'un site prestigieux mais également celle d'une gestion soucieuse de la préservation de l'environnement, de l'authenticité du lieu. Un label remis en question tous les six ans et qu'espèrent conserver les 60 communes du massif en 2018. Le classement Grand site représente pour ces villes et villages un outil de développement touristique. Un tourisme tout en douceur.
Le Canigou labélisé grand site de France
En 2012, le Canigou était en passe d'obtenir le label Grand site de France. Une reconnaissance pour les sites à l'environnement et l'authenticité préservés. - France 3 Pays catalan - Philippe Georget Frédéric Savineau Patrick Lauze

Depuis plusieurs années, la voiture recule des pentes du Canigou laissant la place à des moyens de transports plus doux comme les balades à dos d'ânes ou le VTT électrique. Un massif qui avec le label a retrouvé son orthographe originelle en langue catalane : Canigó.
Les mineurs du fer du Canigou / © Document Musée de la mine d'Escaro
Les mineurs du fer du Canigou / © Document Musée de la mine d'Escaro

 

La montagne de fer

Difficile aujourd'hui d'imaginer le massif du Canigou comme un site d'exploitation minier. Pourtant le fer a fait vivre la montagne, la vallée du Conflent et celle du Vallespir. Des traces de mines antiques ont été mises au jour. Une activité en plein essor au moyen âge qui décline peu à peu à partir du XVIIIème siècle. Les mines du Canigou ne survivront pas à l'arrivée de l'industrialisation et des hauts fourneaux.
Pourtant, le fer du Canigou était réputé. On raconte même qu'il ne rouillerait pas. Une qualité qui en aurait fait le matériaux de prédilection des bâtisseurs des grilles du château de Versailles. 
Canigou: les vestiges des mines de fer
Sur les traces des vestiges des anciennes mines de fer du massif du Canigou. - France 3 pays catalan - Aude Cheron et Céline Llambrich

Aujourd'hui ne reste que les vestiges de cette exploitation. Parfois difficile d'accès, disséminés dans la végétation.
Les mines de Batère, elles, ont résisté jusque dans les années 80. A Arles-sur-Tech subsiste ce que l'on appelle le carreau de la mine. Le minerai y été traité après y avoir été acheminé par le moyen d'un téléphérique de 8 km de long descendant de la montagne. Le bâtiment est aujourd'hui à l'abandon mais témoigne de cette histoire, de ce passé industriel souvent méconnu et dont il ne reste que peu de traces... Quant à la voix des anciens mineurs, elle s'éteint peu à peu.

 

Le Canigou source d'inspiration

Le Canigou a inspiré les poêtes, les artistes et les photographes. Un jeune photographe de 32 ans a réalisé il y a un an, un time lapse, une série d'images sur le Canigou. Un film de 2 minutes qui compile environ 15 000 clichés.

Stan Marie y a consacré une centaine d'heures de travail entre prises de vue et montage. "Comme tout Catalan, je regarde tous les matins le Canigou. C'est comme un repère. C'est difficile à expliquer. Mais oui je pense que tous les gens qui vivent ici y sont attachés". Passionné de nature et de grand air, Stan Marie prend souvent de la hauteur sur le massif. "La lumière change tout le temps. Le Canigou n'a jamais le même visage selon les saisons et moments de la journée". 
http://stanmarie.wix.com/stanphotos
Le sommet du Canigou et sa croix recouverte de drapeaux catalans. Eté 2015. Document de Montagne vibration. / © Montagne vibration
Le sommet du Canigou et sa croix recouverte de drapeaux catalans. Eté 2015. Document de Montagne vibration. / © Montagne vibration

 

Le Canigou : montagne sacrée des Catalans

C'est au moment des fêtes de la Saint-Jean et du solstice d'été que le Canigou incarne véritablement une dimension identitaire. La tradition veut qu'à quelques jours du solstice d'été des centaines de randonneurs apportent au sommet du Canigou des fagots de bois, de sarments de vignes. Des fagots qui dans la nuit du 22 juin seront embrasés avec la flamme gardée précieusement à Perpignan, au Castillet, depuis 1960.
La Trobada : tradition catalane au sommet du Canigou
Chaque année la flamme du Canigou est amenée au sommet du Canigou pour y être régénérée le 22 juin à la veille de la Saint-Jean. Un rituel, une tradition qui se prépare une semaine plus tôt: des centaines de catalans portent alors au sommet de la montagne des fagots qui alimenteront le nouveau feu de la Saint-Jean. - France 3 Pays catalan - Joan Lopez, PIerre Trouillet, Walter Lorusso

La flamme est ainsi symboliquement régénérée. Elle est ensuite redistribuée dans tous les villages du pays catalan et même au delà en Provence par exemple pour allumer les feux de la Saint-Jean. Comme un symbole de partage et de fraternité. Un rituel précieux aux yeux des Catalans du nord et du sud.
© Rainier Brunet-Guilly
© Rainier Brunet-Guilly

 

Deux abbayes romanes d'exception

On ne compte plus les chapelles romanes disséminées dans le massif du Canigou.
Deux abbayes sont considérées comme des joyaux de l'art roman. A quelques kilomètres de Prades dans le Conflent, Saint-Michel de Cuxa notamment connu pour son cloître du XIIème siècle. Un cloître qui a fait l'objet de bien des convoitises. Châpiteaux et colonnes sont achetés en 1907 par un riche américain et depuis exposés au musée Cloister de New-York. 
Un peu plus haut dans le massif, l'abbaye de Saint-Martin du Canigou. Perchée sur un piton rocheux, elle domine la vallée du Cady depuis plus de 1 000 ans. Aujourd'hui, l'abbaye est gérée par la communuaté des Béatitudes et les visiteurs bienvenus. Un trésor de l'art roman accessible au terme d'une petite heure de marche dans un site naturel préservé. 

Saint-Martin du Canigou: joyau de l'art roman
Découverte de l'Abbaye de Saint-Martin du Canigou. - france 3 Pays catalan - Marc Tamon et Frédéric Savineau

 

Le Canigo visible depuis Marseille !

Ce n'est pas une galéjade. Le pic du Canigou est bel et bien visible depuis Marseille. Une carte postale éditée au début du XXème siècle en témoigne.
Le Canigou vu de Marseille. Carte postale éditée entre 1903 et 1920. / © Site Joconde ministère de la culture
Le Canigou vu de Marseille. Carte postale éditée entre 1903 et 1920. / © Site Joconde ministère de la culture