• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Le président de Catalogne écarte tout referendum en 2014 sans le feu vert de Madrid

Artur Mas - Président de la Generalitat de Catalogne - janvier 2013. / © AFP PHOTO/ LLUIS GENE
Artur Mas - Président de la Generalitat de Catalogne - janvier 2013. / © AFP PHOTO/ LLUIS GENE

Le président de la région de Catalogne, Artur Mas, a écarté, jeudi, la possibilité de convoquer le referendum promis pour 2014 sur la souveraineté de cette région espagnole en proie à une forte poussée indépendantiste, s'il n'a pas le feu vert de Madrid.

Par Fabrice Dubault


Artur Mas, en conflit avec le gouvernement conservateur de Mariano Rajoy notamment sur la répartition des revenus fiscaux, avait annoncé en décembre l'organisation d'un referendum d'autodétermination l'année prochaine.

Cette annonce était intervenue après une manifestation indépendantiste monstre de plusieurs centaines de milliers de personnes à Barcelone à l'occasion du Jour de la Catalogne (Diada) du 11 septembre.
Elle répondait également à une exigence de la gauche indépendantiste de l'ERC, devenue la deuxième force politique de cette puissante région du nord-est de l'Espagne lors des élections fin novembre.
Il semble désormais faire machine arrière.

"La consultation se fera dans le cadre de la légalité (...) de manière négociée et en accord avec les institutions de l'Etat et concrètement avec le gouvernement espagnol", a-t-il dit à la radio nationale publique.


Or, il a reconnu ne pas avoir "trop de conviction ni d'attente" que Madrid l'autorise.

"Je pense que le gouvernement espagnol tendra plus à bloquer tout le processus", a-t-il ajouté.



Clairement opposé à ce referendum qu'il qualifie d'illégal, le gouvernement espagnol a attaqué devant le Tribunal constitutionnel la déclaration souverainiste adoptée par le parlement de Catalogne.

Et Artur Mas a écarté tout bras de fer avec Madrid, refusant d'organiser un referendum qui pourrait aboutir à un face à face entre police nationale et catalane devant les bureaux de vote. "Ce n'est pas une guerre entre polices, que ce soit clair, et la population ne doit imaginer à aucun moment que nous puissions parvenir à de telles extrémités car ce serait absolument lamentable", a-t-il insisté.
Et donc, "si le gouvernement espagnol se refuse à accepter toute voie politique de pacte et se cache derrière la légalité pour en faire un frein contre la volonté populaire, nous resterons dans le cadre légal, qui seront les élections" régionales de 2016 dont il espère un plébiscite, a-t-il affirmé.

Cette annonce d'Artur Mas intervient à quelques jours de la Diada où les indépendantistes prévoient d'organiser une nouvelle démonstration de force avec une gigantesque chaîne humaine sur 400 km du nord au sud de la Catalogne.


Une chaîne humaine pour l'indépendance le 11 septembre

Le 11 septembre, les souverainistes catalans se donneront la main, du Boulou au Perthus. La préfecture des Pyrénées-Orientales a autorisé la chaîne indépendantiste catalane.

Selon la-clau.net, la mobilisation inédite organisée le 11 septembre en Catalogne du Sud interpelle les autorités catalanes et espagnoles, mais la présence de cette manifestation géante, longue de plus de 400 km, n'était pas prévue en Pays Catalan de France.
Le 4 septembre, la préfecture des Pyrénées-Orientales a autorisé ce geste d'affirmation, absolument historique en territoire français.

Sur le même sujet

Interview de Christophe Barret

Les + Lus