Nom de la région : un collectif catalan en appelle au conseil d'Etat

Première grande manifestation à Perpignan, mi juin, contre l'oubli du Pays catalan dans le nouveau nom de la région / © Photo F3LR A.Chéron
Première grande manifestation à Perpignan, mi juin, contre l'oubli du Pays catalan dans le nouveau nom de la région / © Photo F3LR A.Chéron

Les Catalans n'ont pas dit leur dernier mot ! Un collectif de citoyens s'oppose à l'absence du terme "Pays Catalan" dans le nouveau nom de la grande région et a décidé de déposer un recours devant le Conseil d'État contre le nom "Occitanie".

Par Isabelle Bris

Ce collectif de citoyens regroupe des responsables politiques de gauche, intellectuels, universitaires, artistes, journalistes et citoyens, selon lindependant.fr.

Il sopposent "avec détermination" contre l'absence du terme "Pays Catalan" dans le nouveau nom de la grande région. La majorité régionale et sa présidente socialiste Carole Delga ont choisi comme nom de la nouvelle région "Occitanie Pyrénées Méditerranée" à la suite de la consultation citoyenne lancée au printemps.

À la tête de cette fronde, la socialiste Renée Soum, première femme députée des Pyrénées-Orientales, de 1981 à 1988. "En adoptant le nom d'Occitanie tout court, Carole Delga et le conseil régional ont effacé de fait les Catalans, leur culture, leur histoire et toute la catalanité de la nouvelle Grande Région." a-t-elle déclaré à nos confrères de l'Indépendant.


Distance avec les autres collectifs


Prenant ses distances avec le collectif "Oui au Pays catalan", porté par le parti catalaniste CDC et qui demande une nouvelle collectivité territoriale propre au Roussillon, Renée Soum veut attaquer la décision sur le fond et non la forme contrairement à la procédure vraisemblablement lancée par le Front national de Louis Aliot.

"Le dossier que nous allons porter devant le Conseil d'État porte sur le fait que l'on est discriminé en tant que citoyens de la république française", détaille l'universitaire Joan Becat. "Il y a, avec ce nom, une rupture de la continuité républicaine qu'il n'y avait pas avec l'ancien nom Languedoc-Roussillon décidé par l'État alors que le déséquilibre géographique était également présent. C'est la première fois que l'État rompt avec cela."

Le collectif a par ailleurs décidé d'écrire dans ce sens au gouvernement et au Conseil constitutionnel.

Parmi les premiers signataires : René Aubert, Joan Becat, Françoise Bigotte, Cali, Jean-René Casals, Guy Delonca, Nicolas Garcia, Henry Got, Gérard Jacquet, Hélène Legrais, Marie-José Ruiz, Marie-Pierre Sadourny, Renée Soum, Laurent Vinas-Raymond, David Marty.

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

Hérault : à Lodève, des stages de sport organisés pour les femmes des forces de l'ordre

Près de chez vous

Les + Lus