Perpignan : les contrats pros de la société d'aéronautique New EAS craignent d'être débarqués

A Perpignan, depuis la reprise de l'entreprise de maintenance aéronautique New EAS par Sabena Technics, le 18 janvier 2019, onze salariés redoutent que le repreneur mette fin à leurs contrats de professionnalisation.
Avant sa reprise par Sabena Technics, New EAS à Perpignan a recruté 11 personnes en contrats de professionnalisation
Avant sa reprise par Sabena Technics, New EAS à Perpignan a recruté 11 personnes en contrats de professionnalisation © Philippe de Leyritz, France 3 Occitanie/Pays Catalan
Ils sont 11 stagiaires en formation chaudronnerie aéronautique, et aujourd'hui leur avenir est incertain. L'entreprise de maintenance aéronautique New EAS, basée à Perpignan,  a signé leur contrat professionnel le 14 janvier, soit 3 jours avant sa reprise par Sabena Technics. Aujourd'hui, ils ne savant pas si le repreneur les gardera. Christophe Le Palud et Joan Marti ne cachent pas leur désarroi :
 

On se disait que c'était un travail sûr, qu'il y avait de l'avenir, qu'on soit jeunes ou moins jeunes. Certains ont abandonné un emploi pour suivre cette formation et continuer dans l'aéronautique. On se sent trahis.


Le repreneur envisage 53 licenciements


Rejetant le plan de continuation déposé par l'entreprise, qui promettait  200 créations d'emplois sur 3 ans, le Tribunal de commerce de Perpignan a en effet confié l'avenir de la société à Sabena Technics qui, elle, prévoit au moins 53 licenciements.


3 issues possibles


Dès lors, pour les salariés en contrats de professionnalisation, 3 scénarios sont possibles, comme l'explique Bruno Léchevin, le président de New EAS :
 


Nouveau départ à Toulouse ?


Quoi qu'il en soit, les 11 contrats pros recevront leur premier salaire de janvier. Et si toutefois leur rêve d'aéronautique à Perpignan se brisait, Pôle Emploi et l'AFPA de Rivesaltes, leur organisme de formation, leur proposeraient de terminer leur parcours, mais cette fois à Toulouse. Voici le reportage d'Alain Sabatier et Philippe de Leyritz.
 
Perpignan : les contrats pros de New EAS craignent d'être débarqués ©France 3 Occitanie/Pays Catalan

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
aéronautique économie emploi apprentissage éducation société