• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Perpignan : à la découverte du “nouveau monde”, synonyme de transition énergétique

Ce sac est révolutionnaire : un panneau photovoltaïque situé à l’extérieur du sac capte l’énergie, tout en étant relié à une batterie. On peut alors charger son téléphone à partir du sac. / © J-F. Puakavase / France 3 LR
Ce sac est révolutionnaire : un panneau photovoltaïque situé à l’extérieur du sac capte l’énergie, tout en étant relié à une batterie. On peut alors charger son téléphone à partir du sac. / © J-F. Puakavase / France 3 LR

Jusqu’au 31 mars, le Palais des Congrès de Perpignan abrite le premier forum du « nouveau monde ». Le public y découvre les dernières innovations en matière de transition énergétique.

Par Olivia Boisson


Tout le week-end, les visiteurs peuvent découvrir ce qu’est le "nouveau monde" au Palais des Congrès de Perpignan. Les dernières innovations en matière d’écologie et de transition énergétique sont exposées et expliquées aux curieux.

Par exemple, on y trouve un arbre hybride. Il allie soleil et vent pour produire 5.400 watts d’électricité. A peine commercialisé, il a déjà séduit une quinzaine de collectivités en France. Jan Michaël Krief, le responsable technqiue de "New World Wind" explique sa demarche.

Le premier avantage c’est de dire qu’aujourd’hui nous sommes capables de produire notre propre énergie en ayant une structure relativement belle et en véhiculant une image verte et visible de tous.

L’énergie à portée de main

Sur un autre stand, on y trouve un sac à dos révolutionnaire. L’idée est simple : un panneau photovoltaïque situé à l’extérieur du sac capte l’énergie, tout en étant relié à une batterie. Résultat : il est possible de charger son téléphone grâce à deux prises électriques. Ce concept a été inventé par un perpignanais, Jérémie Sefiani. Son coût : 89 euros.

Problème majeur de la planète : le plastique

Le majeur problème de la planète reste le plastique. 9 millions de tonnes de plastique sont déversés chaque année dans les mers et océans. Selon l’association Sea Cleanner, un bateau « mangeur de déchets » sera mis à l’eau dès 2023 et pourra alors réduire cette pollution de 30%.

Reportage de Dorothée Berhault, Jean-François Puakavase et Florent Forner.

Sur le même sujet

Montpellier : le corps d'un quinquagénaire disparu retrouvé lors d'une battue

Les + Lus