Perpignan : la manifestation des gilets jaunes qui avait commencé dans le calme dégénère en fin de parcours

Près d'un millier de manifestants ont défilé dans le calme en centre-ville à Perpignan samedi 5 janvier 2019. / © D. Berhault. F3LR
Près d'un millier de manifestants ont défilé dans le calme en centre-ville à Perpignan samedi 5 janvier 2019. / © D. Berhault. F3LR

1500 manifestants ont défilé dans le centre-ville et fait circuler un questionnaire pour tenter de structurer le mouvement. Des échauffourées ont éclaté en fin de parcours. Deux journalistes de l'Indépendant ont été agressés
 

Par Josette Sanna

Près de 1500 gilets jaunes ont défilé hier dans les rues de Perpignan. Interdits de se rendre au péage du Boulou, ils se sont rabattus vers le centre-ville.
La manifestation qui avait commencé dans le calme a dégénéré en fin de parcours.
Des échauffourées ont éclaté en fin d'après-midi. Deux journalistes de l'Indépendant ont été agressés, leur voiture de service a été dégradée.
Des dégradations ont également été commises à l'intérieur du palais de justice. 
Six personnes ont été interpellées. Elles ont été placées en garde à vue samedi  et seront jugées pour ces jets de projectiles et (ou) violences sur agents dépositaires de l'autorité publique. 

Structurer le mouvement... Ou pas 

Lors de la première partie de la manifestation qui s'était déroulée sans heurts, les gilets jaunes avaient notamment fait passer des questionnaires pour tenter de structurer le mouvement de contestation qui ne faiblit pas dans le Pyrénées-Orientales.

"Ce qu'on cherche : fédérer ces 80 % de la population qui nous soutiennent".

Mais tous ne sont pas d'accord et ont peur d'être récupérés :

"On veut nous faire rentrer dans le rang, dans un parti. C'est les gilets jaunes, le parti !!!

Ils avaient été rejoints par 300 motards.
Ils se sont d'ores et déjà donné rendez-vous les 6 et 13 janvier prochains.
Manifestation gilets jaunes Perpignan
1500 personnes a défilé dans le calme en centre-ville avant que la manifestation dégénère en fin d'après-midi. - F3LR - D. Berhault, A. Sabatier

Sur le même sujet

Max Brail, maire de Lastours, regrette le manque de soutien de la part de l'Etat

Les + Lus