VIDEOS. Plus de 1000 hectares brûlés, un lotissement et un camping évacués à Opoul et Salses-le-château, on fait le point ce mercredi matin

Publié le Mis à jour le
Écrit par Olivier Le Creurer avec Chloé Fabre et Mohamed Mezeraï

Les Pyrénées-orientales, théâtre d'au moins 8 départs de feu ce mardi 28 juin. Le plus important en Salanque sur la commune d’Opoul-Périllos s’est développé en direction de Salses-le-Château où un lotissement et un camping ont dû être évacués. Toute la nuit, les pompiers ont tenté de circonscrire l'incendie. Ce mercredi matin, le feu est toujours actif.

A minuit, le feu d'Opoul-Périllos et Salses le Château restait actif mais ne menaçait plus les habitations. Les sapeurs-pompiers du SDIS des Pyrénées-orientales soutenus par des détachements de l'Hérault et de l'Aude, du Gard et des Bouches-du-Rhône ont poursuivi toute la nuit les opérations d'extinction. A une heure du matin, l'A9 était toujours coupée dans les 2 sens entre Leucate n°40 et Perpignan nord n°41.

durée de la vidéo : 33sec
Images de drone incendie Opoul ©FTVI

Jusqu'à la tombée de la nuit, 400 sapeurs pompiers ont été engagés. Ils ont reçu le soutien de 6 canadairs et de deux avions Dash. Une cinquantaine de largages ont été réalisés. 

Attisé par le vent

Attisé par le vent, le feu s'est dangereusement rapproché de Salses-le-château: "A chaque fois qu'on a essayé de faire de ce que l'on appelle des rendez-vous avec le feu pour s'appuyer sur une route et le stopper, on a eu des phénomènes de sautes de feu à plusieurs centaines de mètres qui nous ont obligés à chaque fois à redéplacer notre dispositif," explique un responsable du SDIS 66.

A cause de la violence du feu, les moyens aériens ont dû prendre des risques pour faire des largages

Thierry Grisot, directeur adjoint SDIS66

Les pompiers ont lutté contre des sautes de feu de plus de 500 mètres. "A cause de la violence du feu, les moyens aériens ont dû prendre des risques pour faire des largages," explique Thierry Grisot, directeur adjoint du SDIS66. "Nous avons dû évacuer un lotissement et un camping".

durée de la vidéo : 06min 12
Thierry Grisot, directeur adjoint SDIS 66 ©FTVI

En fin de soirée, une quarantaine de personnes ont trouvé refuge dans la salle polyvalente mise à la disposition de la mairie. Comme Alain, qui résidait dans le camping: "On est plus inquiet pour les propriétaires. Deux années de covid et maintenant le feu, j'espère que le camping est sauvé. Pour nous, c'est les vacances mais les vacances on en aura d'autres."

J'espère que le camping est sauvé. Pour nous, c'est les vacances et les vacances on en aura d'autres

Alain, évacué du camping

durée de la vidéo : 01min 48
Alain, évacué du camping de Salses-le-château ©FTVI

Population solidaire

Les personnes évacuées ont pu se restaurer dans la salle polyvalente. Elles y passeront la nuit. "On sent la fumée dans le village. Il y a eu un affolement mais la population a été très solidaire. Des commerçants ont apporté de la nourriture", explique Jean-Jacques Lopez, maire de Salses-le-Château.

durée de la vidéo : 06min 30
Jean-Jacques Lopez, maire de Salses-le-château ©FTVI

La nuit a été longue pour les 320 sapeurs-pompiers restés sur place. "Mais la nuit, nous ne voulons pas faire prendre de risques au personnel," assure Thierry Grisot, directeur adjoint du SDIS 66.

Réouverture de l'A9

La circulation a repris sur l’ensemble des voies et dans les deux sens de circulation vers 4h. Les aires Est et Ouest du Château de Salses dont l’alimentation électrique a été touchée par l’incendie vont rester fermées.

Ce matin, mercredi 29 juin, il n'y a plus d'habitations menacées. Le feu a faiblement progressé cette nuit. L'objectif est aujourd'hui de traiter toutes les lisières. Une reconnaissance aérienne aura lieu vers 8h. Elle permettra de déterminer si l'emploi des canadairs est de nouveau nécessaire.  

Le vent va tourner : inquiétude pour les pompiers

Le vent va tourner par rapport à hier (tramontane qui soufflait a 50km/h), il sera plus favorable aujourd’hui (vent de sud-est) car plus faible mais va changer l’orientation du feu, l’arrière du feu pourrait donc devenir la tête du feu. Les pompiers ne sont pas a l’abri d’un feu qui pourrait repartir, mais pas dans les mêmes proportions. Cela reste délicat pour les  pompiers, même avec un vent réduit à 20km/heure parce que ce vent tournant va les obliger  à revoir leur dispositif.

Au micro de France Bleu Roussillon, ce matin, le préfet des Pyrénées-Orientales, Etienne Stoskopf prévient que le feu est toujours actif: "pourtant hier, nous n'étions pas dans une situation à risques extrêmes. Ces différents feux posent un certain nombre de questions. Des enquêtes vont être menées sous l'autorité du procureur de la République."