Cet article date de plus de 4 ans

Pyrénées-Orientales : les cinq menaces qui planent sur le Train Jaune

Le Train Jaune est sans cesse menacé depuis plusieurs années, en cause notamment l'ancienneté de la ligne, le coût de celle-ci, et la baisse de fréquentation. Retour sur les cinq menaces qui planent au dessus du train touristique des Pyrénées-Orientales.
Le petit train jaune relie Villefranche-de-Conflent à La-Tour-de-Carol dans les Pyrénées-Orientales - février 2017
Le petit train jaune relie Villefranche-de-Conflent à La-Tour-de-Carol dans les Pyrénées-Orientales - février 2017 © Carine Alazet
La ligne du Train Jaune est, depuis plusieurs années, menacée de fermeture, aujourd'hui plusieurs milliers d'euros ont été engagés pour sauver la ligne, mais l'équilibre du train reste encore très fragile. Pourquoi ? 
En effet, la situation de l'infrastructure et du matériel du Train Jaune, plus que centenaire, appelle des investissements massifs pour maintenir sa pérennité et son développement. Selon le comité des usagers du Train Jaune, 150 000 millions d'euros seraient nécessaire sur 10 ans pour effectuer les renovations du Train Jaune. 
Le Train Jaune circule toute l’année entre les gares de Villefranche-Vernet-les-bains et Latour-de-Carol. Sa vitesse est limitée du fait des courbes et du fort dénivelé de la ligne.
Le train jaune est sans cesse confronté aux risques d’éboulement. Plusieurs fois, des travaux ont été engagés par les communes pour protéger les rails d’éventuels éboulements.

La région engage plus de 7 millions d'euros par an pour transporter 185 000 voyageurs. La fréquentation du train jaune est essentiellement touristique, elle se concentre entre le mois de juin et de septembre, 85% des voyageurs sont des touristes.
La fréquentation du train jaune ne cesse de baisser d’année en année. Elle a quasiment été divisée par trois en 15 ans, et passe de 400.000 voyageurs à 180.000 selon la SNCF et 116.000 en 2014 (une fréquentation divisée par trois en 15 ans, selon le collectif de défense du train jaune).
En cause notamment la concurrence des cars départementaux qui offrent la possibilité de rejoindre Font-Romeu depuis Villefranche-de-Conflent ou même Perpignan pour la modique somme d’un euro.
La ligne a plusieurs fois été menacée de fermeture à cause de son coût et de son manque de rentabilité. Elle coûte plus de 7 millions d’euros par an à la région pour transporter 180 000 voyageurs. En mars 2016, 12 trajets du Train Jaune avaient été supprimés en raison du manque d'agents de conduite. 


La présidente de la Région Carole Delga est attendue dans l’après-midi dans les ateliers du train jaune à Villefranche-de-Conflent pour faire des annonces concernant le Train Jaune et la possible rénovation de celui-ci.

Récit : Isabelle Bris 
durée de la vidéo: 00 min 55
Pyrénées-Orientales : des millions d'euros pour renover le Train Jaune encore fragile ©France 3 LR

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
trains régionaux économie transports patrimoine culture transports en commun tourisme région occitanie politique fusion des régions réforme territoriale