Pyrénées-Orientales : la production de pêches et de nectarines du Roussillon en baisse de 20% en 2020

La récolte des pêches touche bientôt à sa fin. Cette année, le bilan est mitigé, la qualité des fruits n'est pas au rendez-vous. En cause notamment : les aléas climatiques.
La production accuse une baisse de 20% selon les premières estimations - 05.08.20
La production accuse une baisse de 20% selon les premières estimations - 05.08.20 © FTV - M.Tamon
Cette année, la récolte des différentes variétés de pêches et nectarines ont chacune quinze jours d'avance. En cause : des conditions climatiques particulières. En Occitanie, la floraison a été peu abondante, conséquence d’un hiver exceptionnellement doux.

Qualité moins bonne

On a eu un hiver chaud et un printemps très humide ce qui nous a engendré des problèmes au niveau de la qualité des fruits.

Christophe Olive, arboriculteur à Néfiach

Beaucoup de pertes car les fruits ne sont pas présentables, d’autant plus que la tramontane du mois de mai n'a fait qu'aggraver le phénomène.

A la coopérative d'Ille-sur-Têt, située à quelques kilomètres de Perpignan, ce sont près de 200 tonnes de fruits qui sont conditionnés quotidiennement. Tri et calibrage rigoureux pour le marché de la grande distribution.

Baisse de 15% de la consommation

Mais cette année, la consommation accuse une baisse de 15%, due notamment à la flambée des prix à l'étalage. Selon le baromètre annuel de l'association Familles rurales publié mardi, les prix des fruits frais issus de l'agriculture conventionnelle ont augmenté en moyenne de 17 % sur un an. Tout en haut du palmarès, la nectarine avec 26% d'augmentation, talonnée par la poire, + 24% et la pêche, + 21%.
 

On est un peu mécontent de cette publicité qui dit que le prix des fruits a augmenté. Nous à la production, ce n’est pas ce que l’on ressent, on a eu une petite augmentation de 5% mais ce n’est pas les 15 à 20% que l’on entend.

Jean-François Not, président de la coopérative Ille-Fruits

La saison se terminera à la mi-septembre, la baisse de la production est déjà estimée à 20% environ.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie covid-19 santé société déconfinement consommation météo sécheresse