SANTÉ. La moitié des médecins partent à la retraite, les urgences n'ouvriront plus la nuit

À partir du 1er avril 2024 et jusqu'à une date non définie, le service des urgences de Médipôle au sud de Perpignan n'ouvriront plus la nuit. C'est le troisième service d'urgence des Pyrénées-Orientales menacé.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Dans le service des urgences de Médipôle les Pyrénées-Orientales, il n'y aura plus aucune prise en charge de nuit à compter du 1er avril 2024. De 22h à 8h, il sera impossible de se faire soigner à Cabestany, au sud de Perpignan. Une décision difficile mais inéluctable, car six des 11 médecins urgentistes vont partir à la retraite.

Recrutement impossible

Et le service n'a reçu aucune candidature pour les remplacer : "Nous n'avons pas de CV, donc on n'a pas d'autres possibilités, explique Philippe Aulombard, le directeur de Médipôle Saint-Roch. On est en contact avec une filière espagnole pour, pourquoi pas, recruter des médecins espagnols."

La clinique est le deuxième service d'urgence du département après l'hôpital. La situation est remontée jusqu'aux plus hautes sphères de l'État, par l'intermédiaire de Sophie Blanc, la députée RN de la circonscription, qui a pris la parole à l'Assemblée nationale : "Ce service d'urgence, le seul pour tout le sud de Perpignan et son agglomération, accueille 43 000 passages annuels avec un ratio moyen et quotidien de 75 patients pour un médecin urgentiste."

La réponse du gouvernement est sans appel : il n'y a aucune solution dans l'immédiat, seulement une solution de substitution. Prisca Thevenot, la porte-parole du gouvernement, a répondu devant les parlementaires : "Dans l'attente de la fin de la formation des médecins en plus grand nombre, nous développons tous les outils permettant de faciliter l'accès à un médecin : les protocoles de coopération avec les infirmiers, le recrutement d'assistants médicaux mais aussi les innovations numériques."

Inquiétude

Médipôle est le troisième service d'urgence menacé, après la clinique Saint-Pierre à Perpignan et la clinique du Vallespir à Céret. Pour les patients, c'est une angoisse supplémentaire que de savoir si oui ou non ils pourront être pris en charge.

"Ça nous est arrivé récemment d'avoir besoin du service d'urgence cardio, et de nous retrouver devant les portes des urgences - Saint-Pierre en l'occurrence - qui étaient fermées. Avec une pancarte qui nous disait d'appeler le Samu et je me suis retrouvée à appeler le Samu à 22h30."

En attendant, impossible de savoir quand la prise en charge de nuit sera rétablie dans l'établissement. Elle sera suspendue le lundi 1er avril 2024.

Regardez le reportage de Romane Sabathier et Marie Boscher de France 3 Pays catalan : 

durée de la vidéo : 00h01mn58s
Aux urgences de Médipôle à Cabestany dans les Pyrénées-Orientales, il n'y aura plus aucune prise en charge de nuit à compter du 1er avril 2024. ©France télévisions