Scandale des faux tableaux en Pays Catalan : après 4 ans d'enquête, un nouveau juge d'instruction nommé pour relancer le dossier

Publié le
Écrit par Valérie Luxey, Céline Llambrich

Alors que l'on célèbre ce 22 juin 2022 les 100 ans de la mort du peintre roussillonnais Etienne Terrus, dont l'œuvre est la principale victime du scandale des faux tableaux révélé en 2018, on apprend qu'un nouveau juge d'instruction vient d'être nommé pour tenter de démêler cette affaire dans laquelle des collectionneurs et des musées du monde entier ont été floués.

Un nouveau juge d'instruction vient d'être nommé après quatre ans d'enquête sur le scandale des faux tableaux de peintres roussillonnais. Pour faire avancer les investigations, il a saisi un service spécialisé en matière d'œuvres d'art.

C'est en 2018 que l'affaire éclate lorsque l'on découvre que plus de la moitié de la collection des œuvres d'Etienne Terrus appartenant au musée d'Elne (Pyrénées-Orientales) est constituée de faux.

Plainte de la mairie d'Elne

Un préjudice majeur pour la municipalité dont le musée porte le nom du peintre : elle porte plainte. Pour Eric Forcada, l'historien de l'art qui a révélé ces contrefaçons, il est essentiel que la justice mette la main sur le(s) faussaire(s) et fasse la lumière sur ce dossier, car "si on travaille sur des faux, forcément l'histoire de l'art qu'on va répercuter pour les jeunes générations sera une fausse histoire de l'art".

Collectionneurs arnaqués jusqu'à un million d'euros

On apprend alors que de faux Terrus, mais aussi des faux d'autres peintres roussillonnais, inondent le marché de l'art local. Et le scandale prend une ampleur médiatique internationale, jusqu'au Japon, grâce à une enquête de six pages publiée par le journaliste anglais du Guardian Phil Hoad. Aujourd'hui il raconte :

Il y a des collectionneurs privés qui se sont fait arnaquer sur des sommes d'argent allant jusqu'à un million d'euros. On estime qu'il y aurait environ 1000 œuvres impliquées dans l'affaire.

Phil Hoad, journaliste à The Guardian

Des faux complètement inventés

Les experts vont jusqu'à parler "d'inventions grossières", selon Laure Moysset, journaliste spécialiste de la justice à l'Indépendant, qui suit l'enquête depuis le début :

Tous les experts s'accordent à dire que ces œuvres sont fausses : le plus souvent ce ne sont pas des copies, mais des œuvres inventées plus ou moins à partir du style de l'artiste.

Laure Moysset, journaliste à l'Indépendant

Alors que l'on célèbre ce 22 juin 2022 les 100 ans de la mort du peintre roussillonnais Etienne Terrus, tous espèrent que le dossier connaîtra bientôt de nouvelles avancées.