Sécheresse dans les Pyrénées-Orientales : "quelques euros par mois", pourquoi le prix de l'eau va probablement augmenter

L'État va venir en aide aux Pyrénées-Orientales pour lutter contre la sécheresse et le manque d'eau dans le département le plus sec de France. Des investissements vont être faits et aidés, des projets étudiés mais en contrepartie, les collectivités et les consommateurs, donc les contribuables et les usagers vont devoir mettre la main à la poche.

La présentation du plan de résilience pour l'eau dans les Pyrénées-Orientales a été plutôt bien accueillie dans le département. Les mesures de lutte contre la sécheresse annoncées par le ministre de la Transition écologique et l'enveloppe de l'Etat de 10 millions d'euros pour réaliser 7 projets majeurs semblent avoir convaincu, élus, responsables politiques, agriculteurs et professionnels du tourisme.

Mais Christophe Béchu a aussi parlé des points faibles du Roussillon et il y en a.

Des fuites trop importantes

Comme la vétusté ou le manque d'entretien des réseaux d'eau et un taux de fuite des canalisations, "en moyenne, beaucoup trop élevé par rapport au niveau français".

En France, en moyenne, un litre d'eau sur cinq est perdu dans les fuites. Dans beaucoup de communes [des Pyrénées-Orientales], on n’est pas à un litre sur cinq, on est à un litre sur trois, avec un réseau qui est défaillant et dans lequel il n'y a eu globalement pas suffisamment d'investissements au cours des dernières années.

Christophe Béchu, ministre de la transition écologique.

Interview France bleu Roussillon, 22 mai 2024.

La faute à des réseaux vieillissants et/ou pas suffisamment entretenus par manque d'investissement. Ce qui a largement bénéficié aux consommateurs et aux gestionnaires, souvent privés, des réseaux d'adduction et d'assainissement d'eau par le passé.

Les premiers réalisant des économies substantielles sur leur facture d'eau, les seconds faisant plus de profits avec des appels d'offres à des prix raisonnables pour obtenir les concessions.

Un prix du m3 anormalement bas

Sans oublier un prix de l'eau bien plus bas que la moyenne des tarifs appliqués en France. Le prix du m3 serait environ 1 euro moins cher, dans les Pyrénées-Orientales, que dans le reste du pays.

Et là, cela signifie que pour investir massivement et bénéficier des aides de l'Etat, la facture des usagers va augmenter.

Le prix moyen de l’eau dans ce département est 25 à 30% inférieur à la moyenne nationale. Il est donc normal de procéder à une évolution tarifaire en augmentant de 25% les factures à travers cette contribution de l’État.

Christophe Béchu, ministre de la transition écologique.

Interview France bleu Roussillon, 22 mai 2024.

En moyenne, le prix de l’eau pour un foyer catalan, sur une base de consommation de 120 m3 par an, s’élève à 3,39 euros le m3, quand la moyenne nationale se situe à 4,34 euros explique le plan de résilience.

L'idée est donc un ajustement progressif des tarifs, voire une révision du mode de tarification, sur plusieurs années, en fonction de la modernisation des réseaux et des stations d'épuration.

"Quelques euros par mois pour éviter les pénuries d'eau et des dépenses plus importantes à l'avenir" rappelle le ministre.

À ce jour, Christophe Béchu a annoncé que 12 communes des Pyrénées-Orientales étaient déjà privées d’eau potable, et une cinquante d’autres, représentant 35.000 habitants (soit 7% de la population du département) étaient sous surveillance.

10 millions d'euros débloqués pour sept projets

Lors de son discours, le ministre de la Transition écologique a annoncé que l'Etat soutiendra le plan avec un minimum de 10 millions d'euros, qui seront investis dans ces sept projets phares :

  • Réutilisation des eaux usées traitées de la station d'épuration d'Argelès-sur-Mer
  • Réutilisation des eaux usées traitées de la station d'épuration de Saint-Cyprien
  • Réutilisation des eaux usées traitées de la station d'épuration de Canet-en-Roussillon
  • Sécurisation de l'alimentation des réseaux d'irrigation de l'Agly aval
  • Création d'une télégestion à la parcelle sur le canal de Corbère
  • Amélioration du canal de Perpignan
  • Rénovation des réseaux d'eau potable sur des secteurs vétustes et fuyards à Ille-sur-Têt

Les réactions au plan

Évidemment, une hausse des prix n'est jamais populaire, surtout en période d'inflation, et dans un département plutôt pauvre. D'autant que l'union sacrée écologique et environnementale est vite rattrapée par la politique.

D'où les réactions. Comme celle de Louis Aliot, le maire RN de Perpignan.

En 2022, le prix de l'eau à Perpignan était de 2,16€/m3 (données SISPEA-2022). Depuis le 1er janvier 2024, la simulation de tarifs de la facture de référence de 120 m3 est de 4,41 euros/m3 pour toute l'agglomération.

Dans le département, l'agriculture représente plus de 80% des prélèvements d'eau.

"Clairement ce sont des annonces plutôt positives. Sur les projets de réutilisation (...) ça nous parait évidemment une bonne idée. Mais il faut sauver les agriculteurs aujourd'hui, pas dans 10 ans" a réagi Bruno Vila, président de la FDSEA dans les Pyrénées-Orientales. Il réclame en revanche à l'Etat un plan d'aide pour les cultivateurs de la vallée de l'Agly, particulièrement affectée par le manque d'eau.

Une démographie sous pression qui pèse sur l'eau

La préfecture des Pyrénées-Orientales note que le département est "attractif - pour différentes raisons, dont son climat - avec une croissance démographique qui est dense".

Le projet de Schéma de cohérence territoriale (Scot), un document de planification de l'aménagement, pour la plaine du Roussillon, où vit près de 70% de la population du département, prévoit dans sa version non définitive une croissance démographique annuelle de 0,7%.

Soit, l'arrivée de 35.500 habitants supplémentaires d'ici 2037. Une telle augmentation de la population entraînerait inévitablement un besoin d'eau potable plus important.

Il faut prévoir une consommation d'eau annuelle supplémentaire d'à peu près deux millions de m3, alors que la ressource en eau est très nettement fluctuante en fonction de la météo. Et nous entrons dans une période de changement climatique qui ira en s'accentuant.

Henri Got, hydrogéologue.

AFP

Le précieux liquide se faisant plus rare à mesure que la température augmente.

L'actualité "Météo" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Météo" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité