Sécheresse. La phase 2 du plan d'urgence enclenchée, nouveau tour de vis en Catalogne

Le gouvernement catalan a enclenché jeudi la phase 2 de son plan sécheresse. Ce durcissement des restrictions concerne, pour l'instant, 12 communes du nord-est de la Catalogne. Dans un même temps, la Generalitat annonce un assouplissement "chirurgical" concernant les mesures pour l'agriculture et l'élevage et les établissements hôteliers de la Costa Brava.

La commission sécheresse du gouvernement de Ctalogne s'est réunie jeudi 7 mars 2024 pour prendre de nouvelles décisions sur la situation actuelle qui, malgré les pluies et chutes de neige des derniers jours, reste critique.

La situation de sécheresse en Catalogne, loin de s'améliorer, s'aggrave de jour en jour

Patrícia Plaja, Porte-parole de la Generalitat de Catalogne

Lors de la réunion, il a été décidé que les 12 communes de l'Alt Empordà, dans le nord est de la région espagnole, qui dépendent du barrage réservoir Darnius-Boadella, passeraient de la phase d'urgence 1 à la phase d'urgence 2, ce qui implique davantage de restrictions. La porte-parole du gouvernement, Patrícia Plaja, a expliqué que la réunion a également permis une réflexion sur "la flexibilité" des mesures à appliquer à l'agriculture et à l'élevage suite aux vives protestations de la profession. 

12 communes en phase d'urgence 2

Figueres, Roses, Cadaqués, Castelló d'Empúries... 12 communes de l'Alt Empordà qui dépendent du barrage de Darnius-Boadella sont désormais en phase d'urgence 2 en raison de la sécheresse. Le barrage réservoir de Darnius se retrouve à 11% de sa capacité, soit moins de 7hm³.

Pour les communes en phase 2, la limitation de consommation d'eau se réduit à 180 litres par jour et par personne contre 200 litres auparavant. Idem pour le secteur économique et commercial. La mesure implique également plusieurs autres mesures comme la fermeture totale des douches dans les installations sportives ou l'interdiction d'arroser les jardins à usage privatif. Des restrictions avec des niveaux qui risquent d'être difficiles à respecter pour certaines communes comme Roses dont la consommation est de l'ordre de 253L/jour/personne. 

Au total, pour l'instant en Catalogne, 227 communes restent en phase d'urgence 1. 

Moins de restrictions sur l'agriculture et l'élevage

Le gouvernement a accepté un assouplissement "chirurgical" des restrictions d'eau dans l'agriculture et l'élevage en raison de la sécheresse après avoir écouté les revendications des paysans ces dernières semaines.

En ce qui concerne l'élevage, l'exécutif a accepté de supprimer l'obligation de réduire la consommation d'eau de 50% dans les exploitations où l'activité est basée sur des femelles reproductrices (porcs, bovins, ovins et caprins laitiers et viande, et volailles y compris poules pondeuses, lapins). Dans le cas des opérations d'engraissement, la consommation d'eau doit être réduite de 50%.

En ce qui concerne l'agriculture, la réduction de 80% de la consommation d'eau ne sera pas obligatoire dans les exploitations agricoles où l'activité est basée sur des cultures permanentes ou ligneuses comme les arbres fruitiers et, par conséquent, le pourcentage de réduction sera celui qui permet de garantir la survie de celles-ci. L'assouplissement est immédiat, selon l'exécutif catalan. 

Oui aux usines de dessalement privées

Cela avait créé la polémique il y a quelques semaines. Le Syndicat des Hôteliers de Lloret avait alors annoncé l'achat d'une usine de dessalement pour remplir les piscines. Une initiative non autorisée par le Plan Sécheresse, les dessalinisateurs étant exclusivement réservés à la production d'eau potable à destination domestique. Mais face à la pression du secteur à quelques semaines du lancement de la saison touristique, l'exécutif a donc finalement accordé son feu vert. Les piscines de Lloret seront donc remplies d'eau douce pour la saison estivale.

 

Le gouvernement s'emploie pour que chaque secteur économique soit le moins affecté possible dans son quotidien par des restrictions qui malheureusement ne peuvent être évitées.

Patrícia Plaja, porte-parole de la Generalitat de Catalogne

Un assouplissement qui devrait inciter d'autres communes catalanes à forte consonance touristique à emboîter le pas de Lloret de Mar. Reste à connaître l'impact écologique de la multiplicité de ce type d'actions en Méditerranée.

L'actualité "International" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "International" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité