Sécheresse. Pour remplir leurs piscines, ces hôtels achètent une usine pour dessaler l'eau de mer

Le syndicat des hôteliers de Lloret de Mar en Catalogne va acheter une usine pour ôter le sel de l'eau. Objectif, remplir les piscines des 40 000 hébergements touristiques. Une solution indispensable selon les professionnels du tourisme pour sauver la saison estivale et de nombreux emplois.

Le syndicat des hôteliers de Lloret de Mar, en Catalogne, a décidé d'investir dans une usine de dessalement mobile pour pouvoir remplir les piscines des différents hébergements touristiques cet été.

Station balnéaire phare de la Costa Brava, Lloret de Mar accueille chaque année plus d'un million de touristes. Les hôteliers espèrent grâce à cet achat envoyer un message positif aux futurs vacanciers, tout en respectant les obligations liées à la sécheresse. Au total, 120 établissements sont concernés par ce dispositif exceptionnel, ce qui représente environ 40 000 hébergements.  

État d'urgence phase 1

Depuis le 1er février dernier, Barcelone et 201 communes de Catalogne, dont Lloret de Mar, ont été placées en état d'urgence sécheresse. Une première phase (il en existe trois) qui implique nombre de restrictions comme la consommation d'eau par habitant limitée à 200 litres par jour, l'interdiction d'utiliser de l'eau potable pour le nettoyage des rues, des façades, des voitures, l'interdiction également d'arroser pelouses, jardins et parc avec de l'eau potable. Le remplissage des piscines est également proscrit.   

50 000 litres d'eau dessalée par heure

Soutenu par la municipalité, le syndicat hôtelier devrait pouvoir installer son usine de dessalement mobile sur la plage de Lloret et capter l'eau de mer grâce à un puits déjà creusé dans le sable. L'installation est prévue pour traiter 50 mètres cubes d'eau de mer toutes les heures. Pour acquérir cette usine mobile, le secteur touristique de Lloret a déboursé 1,5 million d'euros. Un investissement conséquent mais nécessaire comme l'indique le président du syndicat hôtelier au micro de la télévision catalane 3cat.

On a pris la décision de financer ce dessalinisateur. Ce sont nos emplois qui sont en jeux, nos entreprises. Si nous ne le faisons pas, personne ne le fera.

Enric Dotras, président du Syndicat hôtelier de Lloret de Mar


Selon les hôteliers, il n'y a pas le choix, les piscines sont essentielles à leur activité car 60% de leurs clients proviennent des tour-opérateurs qui exigent des garanties, comme par exemple que les piscines soient remplies dans les campings, les hôtels et autres hébergements. L'usine mobile est donc la mesure qu'ils ont trouvée pour pouvoir les remplir tout l'été en anticipant qu'il ne pleuve pas assez pour lever le décret de sécheresse, qui place déjà six millions de Catalans en état d'urgence et interdit de remplir les piscines même avec de l'eau salée si elle n'est pas auparavant traitée.

De l'eau aussi pour les particuliers 

Commandée, l'usine de dessalement mobile devrait arriver prochainement à Lloret pour une mise en fonctionnement espérée dès le mois de mai. Les hôteliers tiennent également à souligner l'aspect vertueux de leur projet, promettant que, de toute l'eau dessalée qu'ils produiront, ils n'en utiliseront que 20 %. Le reste, soit environ 40 000 litres par heure, serait reversé dans le réseau public grâce à un accord avec la mairie de Lloret de Mar. "Puisque nous faisons l'effort d'assainir cette eau pour les piscines et les touristes, nous voulons que le surplus soit utilisé pour approvisionner la population en eau potable", déclare Enric Dotras. 

Une solution d'urgence qui n'a pas encore reçu l'approbation de l'Agence catalane de l'eau mais l'initiative du syndicat hôtelier de Lloret a d’ores et déjà été saluée par la porte-parole du gouvernement catalan, Patricia Plaja, lors d'une conférence de presse. Selon le président du Syndicat des Hôteliers de Lloret, Enric Dotras, le modèle pourrait bien être "reproduit dans d'autres communes de la Costa Brava".