Un des militaires tués en opération en Somalie était originaire de Perpignan

Roussillon : terrain militaire destiné à l'entraînement des agents de la DGSE - 2011 / © F3 LR
Roussillon : terrain militaire destiné à l'entraînement des agents de la DGSE - 2011 / © F3 LR

Le capitaine Patrice Rebout appartenait à l'ex 11e Choc de Perpignan devenu CPIS (Centre parachutiste d'instruction spécialisé). Il avait 37 ans et sera inhumé jeudi à Perpignan après un hommage national à Paris.

Par Fabrice Dubault


Patrice Rebout était affecté depuis 2008 au service action de la DGSE.
Basé à Perpignan, il était père d'un bébé de 6 mois.

Cette opération de commandos français de la DGSE (service français de renseignement extérieur), lancée dans la nuit de vendredi 11 à samedi 12 et destinée à libérer un des leurs, otage des shebab depuis juillet 2009, s'est soldée par un échec : un autre soldat français a été tué lors de ce raid et il est très probable qu'il appartienne à la même unité de Perpignan. Enfin, l'otage a été exécuté.

Selon des témoins, huit civils somaliens ont aussi péri durant l'opération à Bulomarer, localité sous contrôle des islamistes au sud de Mogadiscio. Les soldats français ont fait face à une résistance "plus forte que prévu" de la part des islamistes, selon le ministre français de la Défense. Selon Paris, 17 Somaliens ont été tués.
L'otage français, présenté comme Denis Allex - sans doute un pseudonyme -, avait été enlevé le 14 juillet 2009 dans la capitale somalienne.

Selon nos confrères de L'Indépendant, le capitaine Rebout sera inhumé jeudi 24 janvier à 10h, après des obsèques en l'église Saint-Paul du Moulin-à-Vent .
Le 8e RPIMa de Castres a prévu de se déplacer en force pour rendre un dernier hommage au capitaine Rebout, "tombé au champ d'honneur" selon la formule consacrée, et ancien "fils" aimé et apprécié de ce régiment.

Sur le même sujet

Agression d'une enseignante à Agde : une parent d'élève gifle l'enseignante

Les + Lus