Un homme de 72 ans roue de coups une commerçante avec sa canne parce qu'elle refuse de lui rembourser 14 euros

Interpellé ce jeudi 10 août 2023, un homme de 72 ans est soupçonné d'avoir agressé une commerçante à Perpignan, en début de semaine. Une interruption totale de travail de 10 jours a été constatée pour la victime. L'auteur des faits sera jugé en comparution immédiate.

Interpellé ce jeudi 10 août 2023 pour avoir agressé une commerçante, un retraité de 72 ans encourt dix ans d'emprisonnement.

Lundi matin, vers 9 heures, rue Foch, le mis en cause, qui se déplace avec une canne anglaise, est entré dans la boutique Clefs Minute Graveur.

Refus de remboursement

Souhaitant se faire rembourser un barillet de porte d’une valeur de 14€, acheté quelques jours plus tôt, il demande à la vendeuse de souscrire à son désir. Mais voyant que le cylindre était abîmé, la vendeuse lui explique que cela n'est pas possible. Contrarié, le client se serait alors "mis dans une rage folle" selon la victime.

Il l'aurait insultée, avant de frapper la vitre en plexiglas qui le séparait d'elle à l’aide de sa canne anglaise. Puis, il l’aurait rouée de coups, notamment au visage, à l’aide de cette même arme, lui occasionnant de multiples blessures. "Une ITT de 10 jours a été constatée par le médecin légiste", explique l'adjoint au procureur de la République à Perpignan.

Après s'être enfui, l'auteur des faits a pu être rapidement identifié grâce au signalement donné par la victime et à l'aide des vidéosurveillances de la ville. Il a nié les faits durant sa garde à vue.

Profil psychiatrique avéré

Âgé de 72 ans, l'homme de nationalité marocaine, se dit retraité et habite à Perpignan.

Selon l'adjoint du procureur, "le profil psychiatrique du suspect est inquiétant". En effet, d'après l’expert psychiatre, l'homme présente "un état de dangerosité". Il est "responsable de ses actes, mais son discernement est considéré comme altéré".

La justice lui reproche des faits "de violence avec usage ou menace d’une arme par destination ayant entraîné une ITT supérieure à huit jours, en l’espèce dix jours, en état de récidive légale".

Comparution immédiate

Le septuagénaire a été placé en détention provisoire, dans l’attente de son jugement. Selon la procédure de comparution immédiate, il sera jugé lundi 14 août 2023.

L'homme avait déjà été condamné à trois reprises pour des faits de violences aggravées. Il se trouve donc en état de récidive légale. La peine encourue pour son délit s’élève à cinq ans d’emprisonnement, celle-ci pouvant atteindre dix ans, en raison de la récidive légale du mis en cause.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité