Pyrénées-Orientales : une formation sélective pour les sauveteurs en mer à Argelès-sur-Mer

A l’approche de l’été, la municipalité d’Argelès-sur-Mer recrute et forme ses futurs sauveteurs en mer. La plage centrale accueille jusqu’à 80 000 vacanciers par jour à la pleine saison.

La surveillance de la plage et de la baignade débutera le 1er mai à Argelès-sur-Mer. archives.
La surveillance de la plage et de la baignade débutera le 1er mai à Argelès-sur-Mer. archives. © Benoît de Tugny/FTV

L’eau est à 12 degrés, l’air à peine plus chaud, mais au coup de sifflet tous se jettent sans hésiter dans une course effrénée sur le sable puis dans les vagues. 45 minutes de parcours du combattant pour prouver ses qualités humaines, organisationnelles et physiques… C’est la dernière épreuve après 5 jours d’exercices intensifs pour les futurs sauveteurs de la SNSM.

“On montre le meilleur de nous-mêmes”, commente essoufflée Alicia Rouby, l’une des participantes. "Il faut prouver qu’on a notre place sur la plage et qu’on mérite d'être sauveteur".
Comme elle, ils sont 50 jeunes à tenter la sélection. Certains ont déjà abandonné face à la difficulté des épreuves, 33 au total seront retenus pour assurer la surveillance des 5 kilomètres de plage d’Argelès-sur-Mer à la belle saison. "On a fait des supers parcours, on a été nager dans l’eau à 12 degrés", raconte Louis Peytavi, un apprenti sauveteur.

C’était vraiment super. On a aussi été au fort à Collioure avec les militaires. Ils nous ont mis dans des supers conditions, les mêmes que celles que l’on rencontrera lorsque l’on sera sauveteur.

Voir le reportage sur la formation des sauveteurs en mer à Argelès.

Jusqu'à 80 000 vacanciers par jour à surveiller

Très prisée des vacanciers, la plage d'Argelès-sur-Mer peut accueillir jusqu’à 80 000 vacanciers par jour au cours de la saison estivale. Le niveau de sélection est donc particulièrement exigeant, l’un des plus élevés de la côte méditerranéenne. Les formateurs ne laissent rien passer, multipliant les difficultés et les mises en situation afin d’observer leurs réactions comme l’explique Jean-Luc Bartoli, le chef de plage : “on recherche cette cohésion de groupe, l’entraide, la communication, l’organisation. Et ça on le voit à travers les ateliers qu’on a mis en place parce qu’en intervention, il faudra être organisé, savoir communiquer et surtout faire preuve d’entraide.”

Les 33 candidats retenus prendront leurs fonctions dès le 1er mai, début de la surveillance des baignades à la plage centrale, uniquement les week-ends et jours fériés. La surveillance sera ensuite quotidienne dès le 22 mai prochain. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sécurité société tourisme méditerranée mer nature littoral aménagement du territoire environnement sauvetage faits divers