• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Rafaelillo au naturel

Rafaelillo, 5 juin 2016. Las Ventas / © Las Ventas
Rafaelillo, 5 juin 2016. Las Ventas / © Las Ventas

Bien sûr, Manzanares. Bien sûr, David Mora. Bien sûr, Paco Ureña, Talavante et Roca Rey. Mais la feria de San Isidro 2016 a été aussi celle des toreros vaillants. Et notamment de Rafaelillo qui a donné, le dernier jour, des naturelles particulièrement suaves.

Par Joël Jacobi

Tabernero, le premier (bis) toro de Miura, de la dernière corrida de San Isidro avait une charge idéale sur la gauche. C'est rare de voir un toro aussi lourd, 605 kilos, charger avec un tel entrain, quelle que soit la ganadería. Mais chez Miura, c'est encore plus rare.

Rafaelillo, de gré ou de force, s'est spécialisé dans ce genre de corrida. Il a vite compris que la corne gauche de Tabernero était un vrai cadeau. Ses naturelles comptent parmi les mieux dessinées de la feria. Hélas, il a un peu abusé de l'aubaine. La faena a trop duré et l'estocade a été difficile.

Sans ces défauts il aurait coupé une oreille.

La dernière de la feria. Et pas la moins méritée.


Rafaelillo

 

Sur le même sujet

Lozère : 600 pilotes pour le Trèfle lozérien entre Causses, Gorges du Tarn et Aubrac

Les + Lus