Cet article date de plus de 7 ans

Rixe de Roquemaure : des interpellations dans les jours à venir ?

48 heures après la violente bagarre à Roquemaure, dans le Gard, qui a fait 8 blessés côté belligérants et 3 côté gendarmes, le calme est revenu. Un dispositif de surveillance, géré par la gendarmerie, assure la sécurité de cette ville du Gard rhodanien et des enquêteurs sont toujours sur place.

Roquemaure a retrouvé son calme, 48 heures après le déferlement de violence de samedi soir. Mais l'affrontement de deux bandes d'une petite quarantaine d'hommes, en cœur de ville, va laisser de gros dégâts psychologiques parmi les habitants.
En pleine saison des fêtes votives, le phénomène a de quoi inquiéter même si les autorités parlent d'un acte isolé.

Un dispositif de surveillance par les gendarmes reste en place à Roquemaure pour encore quelques jours.
Parallèlement, l'enquête pour identifier les fauteurs de trouble se poursuit. Des interpellations pourraient intervenir dans la semaine.

Bilan de la rixe

7 blessés, dont 6 hospitalisés, 3 gendarmes touchés par des jets de pierres, 5 voitures saccagées et des vitrines cassées, c'est le bilan de la violente bagarre qui a opposé, samedi soir, 2 bandes de jeunes à Roquemaure, durant plus de 2 heures. 80 gendarmes sont intervenus pour ramener l'ordre, vers 23h.
Des témoins ont même parlé de 2 coups de feu mais aucune douille ou balle n'a été retrouvée.

Les gendarmes ont eu recours, à plusieurs reprises, à des tirs de flash-ball pour séparer les vandales.

durée de la vidéo: 00 min 54
Roquemaure (30) : 48 heures après la rixe, le calme est de retour

Dès dimanche, le FN du Gard, dénonçait, dans un communiqué de presse, les violences de Roquemaure et "s'etonnait" qu'il n'y ait eu aucune interpellations.

"Roquemaure, petite commune gardoise de 5500 habitants, a été le théâtre hier soir d’affrontements ultra-violents entre «bandes rivales», dont l’une vraisemblablement originaire d’Orange dans le Vaucluse.
Pas moins de 80 personnes se sont ainsi affrontées pendant plusieurs heures, à coups d’armes blanches et d’armes à feu, nécessitant l’intervention massive des forces de l’ordre. Plusieurs blessés, des dégradations de biens publics et privés et des dizaines de citoyens traumatisés par cette explosion inouïe de violence sont à déplorer.
Plus grave, nous apprenons qu’aucune interpellation n’a eu lieu ce soir là, (ndlr : dimanche), renforçant, bien qu’une enquête ait été ouverte, le sentiment général d’impunité.".
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
violence faits divers enquêtes sécurité justice