Sivens : 6 mois de prison avec sursis pour le gendarme qui avait lancé une grenade et blessé une femme

Le procès s'est tenu hier au tribunal correctionnel de Toulouse. Le gendarme écope de 6 mois de prison avec sursis, 6 mois d'interdiction de port d'arme et 1000 euros d'amende. C'est moins que ce qui a été requis à son encontre. 
Dans la salle des pas perdus du Palis de justice de Toulouse, à l'entrée de l'audience
Dans la salle des pas perdus du Palis de justice de Toulouse, à l'entrée de l'audience © Olivier Denoun/France 3 Occitanie
Le 7 octobre 2014, un gendarme lance une grenade dans une caravane sur le site du barrage de Sivens, blessant grièvement une zadiste. Son procès s'est tenu hier au tribunal correctionnel de Toulouse. "J'ai fait une erreur, c'était inapproprié" a reconnu le militaire. Il n'avait pas attendu que tous les occupants sortent de la caravane pour lancer sa grenade. Une jeune femme de 25 ans avait été grièvement blessée à la main par les éclats de plombs.
 

Pas d'inscription au casier judiciaire


Dans son réquisitoire, le ministère public a été clair : "vous avez commis un acte de violence". Le parquet a requis à l'encontre du gendarme huit mois de prison avec sursis, l'interdiction de porter et détenir une arme pendant un an et l'interdiction d'exercer une mission de maintien de l'ordre pendant trois ans. Mais le jugement a été plus clément, le condamnant a six mois de prison avec sursis, interdiction de porter et détenir une arme pendant six mois et 1.000 euros d'amende. Cette condamnation ne sera pas inscrite à son casier judiciaire. Ce militaire pourra continuer d'exercer son métier. La défense a annoncé qu'elle ne ferait pas appel. 
 
Le reportage de Christophe Neidhart et Eric Coorevitz
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
barrage de sivens environnement société justice