SNCF : un train Perpignan-Montpellier-Paris passe par Marseille et met 9 heures à arriver en raison d'une panne

Un TGV Perpignan-Paris est parti à 10h50 lundi 27 septembre et devait arriver dans la capitale à 15h50. Mais en raison d'un essieu défectueux détecté après Montpellier, le train a rallié sa destination finale à 19h50, avec quatre heures de retard, soit neuf heures de trajet.

10h45 - 15h50 : c'étaient les heures de départ et d'arrivée prévues pour le TGV Inoui n°6256, Perpignan - Paris Gare de Lyon, ce lundi 27 septembre. Sept arrêts étaient prévus : Narbonne, Béziers, Agde, Sète, Montpellier Sud de France, Nîmes Pont du Gard, Valence TGV et donc Paris.
Au lieu de 5h05, il a finalement mis 9 heures pour arriver à destination.

Premier léger accroc : en raison d'une affluence de voyageurs, l'arrêt en gare de Perpignan est prolongé et le retard estimé à 5 minutes. Le train part à 10h50. Tout se déroule correctement jusqu'à Montpellier, où le train arrive à l'heure prévue, 12h33 - les 5 minutes de retard ont été rattrapées. Mais au lieu d'arriver à Nîmes à 12h55 - l'arrêt sera supprimé -, le TGV prend rapidement la direction d'Arles (arrivée à 14h03) en raison d'une défaillance de matériel. La raison : un essieu défectueux diagnostiqué entre Montpellier et Nîmes.

Des passagers non prévenus

Choix est fait, ensuite, d'aller à Marseille Saint-Charles, où le train est détourné pour procéder aux réparations. Les passagers de la rame en panne sont montés dans une nouvelle rame pour la suite de leur voyage. Le TGV rallie Valence à 17h25 (au lieu de 13h35) puis Paris Gare de Lyon à 19h50 (au lieu de 15h50), soit quatre heures plus tard.

Selon des passagers, qui se sont exprimés sur Twitter, le TGV s'est dirigé vers Arles puis Marseille "sans aucune explication". Hussein Bourgi, conseiller régional d'Occitanie et sénateur PS de l'Hérault, qui était à bord, a estimé cette situation "lamentable". "TGV Inoui 6256 pour Paris détourné sur Marseille sans aucune information à vos personnels de bord et les voyageurs." Sur ce même réseaux social, la SNCF avait confirmé que le TGV 6256 était "détourné via Marseille Saint Charles suite à une défaillance de matériel". 

L'ensemble des passagers de ce train seront indemnisés à 100% à la suite de ce retard de 4 heures.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports en commun économie transports sncf lgv