Sport et Covid en Occitanie : comment amateurs et professionnels s'organisent pour maintenir leur performance physique

En attendant le déconfinement prévu le 19 mai, sportifs professionnels et amateurs essaient d'avoir une activité physique à la hauteur de leur niveau d'entraînement. La nageuse Assia Touati et l'ex-handballeuse Nodjialem Myaro devenue psychologue racontent la vie des sportifs en temps de pandémie.

La nageuse Assia TOUATI du club des Dauphins du TOEC de Toulouse lors de la FFN Golden Tour Camille Muffat en mars 2021 à Marseille.
La nageuse Assia TOUATI du club des Dauphins du TOEC de Toulouse lors de la FFN Golden Tour Camille Muffat en mars 2021 à Marseille. © Laurent Lairys / MAXPPP

Des structures sportives fermées, des compétitions annulées et des déplacements limités, pas facile pour les amateurs de continuer à pratiquer des activités physiques en pleine crise sanitaire. Beaucoup ont transformé un coin de leur salon ou de leur jardin en véritable lieu d’entraînement.


La situation est tout aussi complexe pour les équipes. En dehors du Top 14 et de la Pro D2, les clubs de rugby ont vu leurs compétitions annulées et leurs entraînements bouleversés. Pour les sportifs professionnels, se maintenir à niveau de performance physique est un défi.

Enquêtes de région va à la rencontre de sportifs pro et amateurs en Occitanie pour comprendre comment ils s'organisent en attendant une reprise de leurs activités qui sera progressive et dépendante du calendrier de déconfinement annoncé par Emmanuel Macron le 30 avril 2021. En effet, l'ouverture des établissements sportifs de plein air et couvert pour les spectateurs est prévue le 19 mai. En attendant, chacun trouve des solutions comme le communique le Cros Occitanie dans son tweet du 3 mai.

 

Les conseils d'une psy du sport

Le sable blanc fait penser à une belle plage des Caraïbes... mais nous sommes sur le terrain de beach-volley du CREPS de Toulouse. Nodjialem Myaro est psychologue du sport. Elle accompagne équipes et athlètes dans ce temple du haut niveau et intervient aussi auprès des footballeurs du TFC. Les terrains, la pression, la performance, elle connait bien : ex handballeuse internationale, elle a été championne du monde avec les bleues et a participé aux Jeux olympiques. Elle est aussi présidente de la Ligue féminine de handball.

Selon elle, le plus compliqué en ce moment, c’est le manque de projections pour tous les sportifs dont le but est la compétition. Qu’ils soient joueurs en club amateur ou athlètes de haut niveau, elle constate tous les jours "la difficulté à garder le cap, à garder ses objectifs et sa motivation. Il faut conserver le focus sur ses objectifs même si on a une vision floue et perturbée."

Comment traverser cette période inédite ? La première des choses est d’accepter en ce moment de faire du sport en mode « dégradé ». Renoncer à ce qu'on a connu avant.

"On est sur la courbe du deuil... On a plein d’émotions très négatives, très désagréables. Il faut faire une chose importante, c’est l’acceptation. Accepter que cette crise sanitaire nous empêche de vivre notre compétition et trouver de l’innovation."

Nodjialem Myaro, psychologue du sport, ex handballeuse internationale

 

Un véritable parcours d'obstacles

Garder le moral malgré tout. C’est le défi permanent de la nageuse du TOEC Assia Touati. Cette spécialiste du 100 et 200m a notamment remporté la médaille d'or du 4 × 100 m nage libre féminin aux Championnats d'Europe en 2018. Garder le moral mais aussi son niveau, car les prochaines semaines vont être rudes. Avec 5 autres nageurs du légendaire club toulousain, elle participe aux championnats d’Europe de natation à Budapest du 17 au 23 mai 2021.

Un retour à la compétition internationale et un rendez-vous important pour tester les performances. Avant la deuxième manche des championnats de France qui serviront de qualifications pour les JO de Tokyo.

"Il y a eu des coups de mou mais dès qu’on a pu renager, on a repris confiance et l’envie de nager a été la plus grande... Mais difficile de trouver des repères pour nos courses par manque de compétitions."

Assia Touati, nageuse aux Dauphins du TOEC et sélectionnée en équipe de France

Les "Dauphins" sont soumis à des protocoles sanitaires très stricts. Le président du club, Vincent Gardeau, leur demande de rester autant que possible dans leur bulle, de ne fréquenter que les autres nageurs du TOEC. Une hygiène de vie draconienne qui vient alourdir un peu plus les contraintes du moment. Mais un effort indispensable car si un nageur est positif au covid, cela compromet tout le groupe.

Enquête de région au club de natation les Dauphins du TOEC à Toulouse, avec son président Vincent Gardeau.
Enquête de région au club de natation les Dauphins du TOEC à Toulouse, avec son président Vincent Gardeau. © FTV

Autre dure réalité : Assia Touati a dû prendre son bâton de pélerin pour trouver des fonds, après la perte de ses sponsors en pleine crise économique. Elle a lancé une campagne de financement participatif sur son compte Instagram pour pouvoir financer son espoir olympique et sa préparation. Un pari compliqué dans un sport peu médiatisé. Et une responsabilité de plus pour la jeune nageuse.

Une crise qui peut avoir des effets positifs !

Pour autant, le moment que nous traversons peut avoir des impacts positifs, explique la psychologue Nodjialem Myaro. Sur le collectif, la solidarité, sur notre résilience. Elle a vu grandir l'entraide et le soutien dans certaines équipes au sein du CREPS, comme les volleyeuses. Et les entraineurs en ont profité pour garder cette nouvelle dynamique d'équipe.

"Cette épreuve nous apprend beaucoup de choses sur nous : la capacité à faire face à la difficulté, la gestion de nos émotions, savoir sur qui je peux m’appuyer."

Nodjialem MYARO, psychologue du sport

La période est donc riche d’enseignements pour ceux qui savent en tirer profit, selon cette préparatrice mentale expérimentée. Et ça marche pour les champions comme pour les sportifs du quotidien. 

D'autres invités dans Enquêtes de région diffusée mercredi 12 mai à 23h sur France 3 Languedoc-Roussillon et France 3 Midi-Pyrénées :

Une émission préparée et présentée par Anne-Sophie Mandrou et Frédéric Fraisse. Réalisation Franck Blanché.
A revoir sur la page web d'Enquêtes de région en Occitanie le lendemain de la diffusion TV ou en cliquant dans le player ci-dessous/

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sport handball féminin handball natation